Indonésie: les émissions de dioxyde de carbone pourraient être multipliée par 4 d’ici 2020

Publié le : Last updated:

Déforestation, Huile de palme, Gaz à effet de serre,

INDONÉSIE, Ketapang : une concession de palmier à huile dans la zone de Ketapang, à l’ouest du Kalimantan. AFP PHOTO/ ROMEO GACAD

Les émissions de CO2 liées à la déforestation et à la culture du palmier à huile au Kalimantan (Bornéo) pourraient être multipliées par 4, entre 2010 et 2020. Une étude publiée le 7 octobre dans Nature Climate Change, propose les premières cartes complètes de l’expansion actuelle et future de la culture du palmier à huile, et évalue le rôle que joueront les plantations indonésiennes dans le réchauffement climatique à l’horizon 2020, rapporte Sciencedaily. Les chercheurs ont évalué les émissions de 2010 à 140 millions de tonnes, et estiment qu’elles pourraient atteindre 558 millions en 2020. A ce moment, plus d’un tiers de la superficie des plaines du Kalimantan pourrait être recouvert de cultures de palmiers à huile. En effet, 79% des terres allouées à la culture du palmier à huile sont encore sous-exploitées et pourraient donc être encore déforestées. Selon Lisa Curran, professeur d’anthropologie écologique à Stanford, et auteur de l’étude, ces plantations dans le Kalimantan forment « une expérience à une échelle sans précédent de remplacement des forêts par des monocultures de palmiers exotiques. Nous risquons de voir des points de rupture dus à la conversion des forêts et la perturbation de fonctions biophysiques essentielles, laissant la région plus vulnérable aux sécheresses, aux incendies et aux inondations ».

Media Query: