Bataille navale entre pêcheurs français et anglais

Publié le : Last updated:

Bataille navale entre normands et anglais

FRANCE, Port-en-Bessin-Huppain : Une flotille de bateaux de pêche drague la coquille Saint-Jacques le 14 décembre 2005 au large des côtes normandes. Quatre fois par semaine, d’octobre à mi-mai, et à raison de 6 heures par jour, une flottille de près de 70 bateaux racle par environ 20 mètres de fond la coquille Saint-Jacques à quelques encablures des plages du débarquement d’Omaha-Beach et Aromanche. Une fois sélectionnées et lavées, elles seront déchargées à la criée de Port-en-Bessin pour alimenter la table des français, premiers consommateurs de coquilles Saint-Jacques au monde. AFP PHOTO MARCEL MOCHET

Alors que la saison de la Saint-Jacques vient de débuter dans la manche, quarante bateaux de pêche normands, excédés par la présence de navires anglais dans la zone, ont pris la mer pour en découdre avec leurs homologues britanniques pêchant pourtant légalement au large des côtes françaises.

Les pêcheurs britanniques draguaient la coquille Saint-Jacques au large du Havre, une pêcherie lucrative, lorsqu’ils se sont faits attaquer à coups de pierres et d’objets métalliques par des pêcheurs français qui tentaient de bloquer leur passage. Selon le Guardian, les marins des 6 navires anglais attaqués ont fait appel aux gardes-côtes britannique et à la Royal Navy qui ont incité les autorités françaises à réagir. Un vaisseau militaire français est arrivé dans la zone peut de temps après sans pour autant apaiser les tentions.

Les pêcheurs britanniques, qui ne sont pas soumis aux régulations européennes en matière de pêche, ont l’autorisation annuelle de pécher la Saint-Jacques durant 36 jours au large des côtes françaises. Les pêcheurs français, excédés par des réductions de quotas et pour qui les stocks de Saint-Jacques s’amenuisent, ont voulu exprimer leur ras-le-bol quant à cette situation de plus en plus délicate à gérer. Pour les pêcheurs français, leurs homologues anglais ont tout le temps nécessaire pour exploiter les ressources de Saint-Jacques de la zone avant que la pêche ne soit officiellement ouverte en Europe.

Pour Claude Milliner, patron pêcheur du Défi, « la saison 2012-2013 a mal commencé, nos amis anglais sont entrain de piller la zone et les milliers de tonnes emportées en Angleterre reviennent en France en cassant le prix de la coquille. Si les autorités ne prennent pas leurs responsabilités, le conflit va se durcir car la survie de la pêche à la coquille normande est en jeu ».

Les pêcheurs britanniques qui ont promis de revenir dans la zone de pêche devraient, selon Claude Milliner, « être accueillis, non plus par 40 mais par 120 bateaux si les autorités ne réagissent pas ». Les pêcheurs français demandent la fermeture de la pêcherie afin de laisser le temps au stock de se renouveler.

Media Query: