Le bio porte beau en temps de crise selon l’Agence Bio

Publié le : Last updated:

Le bio porte beau en temps de crise selon l'Agence Bio

Des légumes bio © AFP/archives Remy Gabalda

PARIS – (AFP) – Les surfaces dédiées à l’agriculture biologique en France ont augmenté de 25% au 1er semestre 2012 et une production en forte hausse comme le lait (+39%) est désormais suffisante pour répondre à la consommation, a annoncé mardi l’Agence Bio, l’organisme de la filière.

« Malgré un contexte difficile et une baisse générale de la consommation alimentaire de 1%, celle des produits bio a augmenté de 5% et plus de 1.600 nouveaux opérateurs, producteurs et transformateurs, sont passés au bio », a noté la directrice de l’Agence Bio Elisabeth Mercier lors d’une conférence de presse.

« De 38% en 2009 et encore 32% l’an passé, la part des produits bio importés en France (en valeur) devait passer en 2012 sous la barre des 30% », a insisté Mme Mercier.

Au total, 800 producteurs sur 173.000 hectares supplémentaires et plus de 300 transformateurs ont rejoint le bio au 1er semestre, portant le total des effectifs à 36.400 opérateurs en juillet 2012 sur près d’1 million d’ha (975.140).

Mais avec 4% de terres en bio, les objectifs du Grenelle de l’environnement (20% en 2020, dont 6% en 2012) ne sont pas encore atteints.

Deux à trois ans sont nécessaires pour la conversion des terres et des exploitations conventionnelles à l’agriculture biologique.

La production de céréales a crû de 30%, celle des fruits et légumes de 18% et le vin de 38%, selon l’Agence.

La hausse la plus spectaculaire concerne le lait: « pour la première fois, 100% de la demande en lait et produits laitiers peut être couverte, même s’il reste quelques importations notamment en zones frontalières », s’est félicité François Thiéry, président de l’Agence Bio, lui-même producteur de lait.

L’agriculture bio en France représente 57.000 emplois en équivalent temps plein (UTA) sur 24.000 fermes, soit 7% de la main d’oeuvre agricole totale, sachant qu’une exploitation bio compte 2,4 emplois UTA contre 12,5 en moyenne pour une ferme conventionnelle.

Sur le vin, les surfaces de vignes ont été multipliées par douze en 16 ans, de 4.850 ha à plus de 62.000 – et quasiment par trois en 4 ans – pour représenter 7,4% du vignoble fin 2011 et même 10% en Corse.

Actuellement, les deux-tiers des surfaces de vignes en région Provence-Alpes-Côte d’Azur et en Aquitaine, sont converties ou en cours de conversion.

Depuis le 1er août, une nouvelle réglementation européenne autorise l’appellation « vin bio » – et plus seulement « issu de l’agriculture biologique » – avec un cahier des charges précis pour la vinification.

« En termes de surfaces, on est à +38% en une année. Et même si la récolte est plus faible à cause des conditions météo, la production de vin bio elle, augmentera », a relevé Mme Mercier.

© AFP

Media Query: