Franprix livre des magasins parisiens par la Seine pour réduire les nuisances

Publié le : Last updated:

Franprix livre des magasins parisiens par la Seine pour réduire les nuisances

Des containers de marchandises destinés à des magasins Franprix sont déchargés d’une péniche à Paris, le 1er octobre 2012 © AFP Eric Piermont

PARIS – (AFP) – Franprix approvisionne 80 de ses 350 magasins parisiens par voie fluviale depuis fin août, une première dans la distribution alimentaire en Europe qui pourrait être étendue à d’autres enseignes du groupe Casino et à d’autres villes, ont indiqué lundi les responsables de l’opération.

Annoncé en mars et lancé en phase de test le 27 août, le dispositif devrait permettre d’économiser à terme l’équivalent de 3.874 camions par an et 37% d’émissions de CO2.

Une barge achemine chaque jour 26 conteneurs de denrées alimentaires sèches (biscuits, conserves…) sur 20 kilomètres, entre le port de Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne), à proximité d’un entrepôt du groupe, et celui de la Bourdonnais dans le VIIe arrondissement, à deux pas de la Tour Eiffel.

« Ce projet, c’est moins de pollution, moins d’embouteillages, moins de nuisances sonores », a souligné Jean-Paul Mochet, directeur de Franprix, lors de l’inauguration officielle.

Les magasins concernés se situent dans 9 arrondissements de Paris et à Boulogne-Billancourt et le groupe espère le développer dans d’autres villes de France, « à Lyon, par exemple », selon M. Mochet.

Pour l’instant la barge n’est utilisée qu’à 50% de sa capacité et pourrait donc approvisionner « d’autres Franprix ou d’autres enseignes du groupe (comme Monoprix, ndlr) », a-t-il souligné.

« Selon les historiens, ce mode d’acheminement avait disparu depuis le Moyen-Age », a ajouté Jean-Charles Naouri, PDG de Casino, précisant que cela s’inscrivait dans la démarche environnementale du groupe, qui outre les barges, recourt autant que possible au fret ferroviaire et aux véhicules hybrides.

« Ce projet, ce sont 15 camions en moins chaque jour dans Paris », a estimé Hervé Montjotin, directeur général de la division transport du groupe de logistique Norbert Dentressangle, l’un des partenaires de Casino avec Ports de Paris et Voies navigables de France.

« C’est une opération modeste par sa dimension mais emblématique de ce qu’on peut mettre en oeuvre en matière de report modal », c’est-à-dire pour reporter le transport routier vers les modes alternatifs, selon M. Montjotin, qui précise qu’il n’y a pas de coûts supplémentaires pour Casino.

© AFP

Media Query: