Vers la confiscation des terres pour les propriétaires esclavagistes brésiliens

Publié le : Last updated:

Vers la confiscation des terres des propriétaires esclavagistes brésiliens

Un travailleur dans un champs de canne à sucre au Brésil © NELSON ALMEIDA / AFP

En 2011, 2501 personnes ont été libérées de l’esclavage par les inspecteurs du ministère du travail brésilien. En mai 2012, le Parlement a voté un amendement constitutionnel déposé en 2001 qui autorise l’état à confisquer les propriétés des esclavagistes. Cependant, cet amendement doit encore être étudié par le Sénat et fait face à l’opposition des parlementaires proches des milieux agricoles et des grands propriétaires. Les terres saisies seraient redistribuées dans le cadre de la réforme agraire. « Entre 1995 et 2011, 42 000 travailleurs ont été libérés de conditions de travail proches de l’esclavage, d’après les données du ministère du travail. La plupart d’entre eux travaillaient en milieu rural : l’élevage, la production de charbon de bois, la déforestation, l’exploitation du caoutchouc, les grandes plantations d’arbres, l’exploitation minière ou encore les plantations de canne à sucre, de café, de coton… Mais, des cas d’esclavage ont aussi été découverts en ville et font l’objet de poursuites », rapporte le site Tierramerica le 18 juin.

Media Query: