Réchauffement climatique : les modèles expérimentaux sous-estiment la réponse des plantes

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 1 minute  

Réchauffement climatique : les modèles expérimentaux sous-estiment la réponse des plantes

Hibiscus (plante à fleurs), Cap-d’Ail , France, Janvier 2007 © AFP PHOTO VALERY HACHE

Les observations en milieu naturel montrent que de nombreuses espèces de plantes ont une réponse au changement climatique plus importante que prévue par les expériences réalisées en laboratoire, révèle une étude publiée dans Nature .

Les résultats d’expériences ont été croisées par une vingtaine de chercheurs américains avec les résultats d’observations phénoménologiques de 1634 espèces de plantes sur quatre continents.

Pour les espèces qui étaient communes aux deux types d’études, les résultats expérimentaux, la floraison et la feuillaison interviennent respectivement 8 et 4 fois plus tôt que ne le laissaient prévoir les tests effectués en laboratoire. En moyenne, la floraison et la feuillaison seraient en avance de cinq jours pour un degré Celsius supplémentaire.

Ces résultats suggèrent que la prévision des réponses au changement climatique découlant de tels modèles devraient être réévalués ; les différences semblent liées à la complexité de la situation en milieu naturel : nombre de paramètres ne sont pas pris en compte dans les protocoles expérimentaux, comme, par exemple, l’augmentation de la concentration en CO2.

Media Query: