Le sud de la Floride a réduit de 20% sa consommation d’eau

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

Le sud de la Floride réduit sa consommation d’eau

Mangroves dans le parc national des Everglades, Floride, États-Unis (25°17’ N – 81°04’ O). © Yann Arthus-Bertrand À l’extrême sud de la péninsule de Floride, les marécages couverts de mangroves des Everglades sont le point de rencontre des eaux douces du lac Okeechobee et des eaux salées du golfe du Mexique. Victimes des travaux d’assèchement et d’endiguement réalisés pour l’urbanisation et l’agriculture à partir de 1880, les Everglades ne couvrent plus que la moitié de leur étendue originelle. Depuis 1947, les 6 000 km2 du parc national des Everglades protègent un cinquième de la zone d’origine. Une faune abondante et diversifiée – dont 40 espèces de mammifères comme le lamantin, menacé de disparition, et 347 espèces d’oiseaux – y trouve refuge. La richesse biologique de ces milieux fait l’unanimité : déclaré Réserve de biosphère depuis 1976, inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco en 1979, le parc des Everglades est classé Zone humide d’importance internationale depuis 1987. Ce palmarès ne l’a pas empêché de rejoindre en 1993 la triste Liste du patrimoine mondial en péril. La croissance démographique (900 personnes rejoignent la Floride chaque jour), les pollutions agricoles, industrielles et urbaines pourraient avoir raison de ce lieu exceptionnel. Pour prévenir un désastre non seulement écologique, mais aussi économique, un programme d’une envergure inégalée vise à restaurer l’écosystème des Everglades afin de continuer à alimenter la région en eau potable et d’éviter l’intrusion d’eau de mer dans une nappe phréatique trop sollicitée.

En 10 ans, la consommation d’eau de la Floride du sud a diminué de 20% alors que sa population a augmenté de 600 000 habitants. Les 53 stations de pompage de la région prélèvent quotidiennement 83 millions de gallons d’eau (soit 341 millions de litres) de moins en 2010 qu’en 2000, rapporte le Miami Herald le 13 mai. Mark Elsner, un des responsables du réseau d’alimentation en eaux de la région, estime le Miami Herald que « La réduction de la consommation n’est pas une surprise. C’est son ampleur qui surprend. C’est un ensemble d’actions qui marchent de concert. Les gens comprennent la valeur de l’eau et développement une éthique de préservation de la ressource. » La baisse de la consommation d’eau s’explique par la crise économique, le développement de chasses d’eau, de douches et de robinets qui consomment moins et la récupération des eaux usés pour arroser les jardins.

Media Query: