Vivre ensemble : les migrations Sud-Sud

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

Vivre ensemble : les migrations Sud-Sud

Les flux migratoires Sud-Sud retiennent généralement moins l’attention que les mouvements du Sud vers le Nord. Ils n’en restent pas moins très important. Bien que des données précises manquent, le nombre de personnes ayant migré d’un pays du Sud vers un autre pays du Sud aurait atteint 86 millions en 2010, contre 127 millions de migrants au Nord. Dans de nombreuses régions du monde, ces mouvements dépassent ceux des routes migratoires vers les pays développés.

Dans les pays du Golfe, au Quatar, au Koweit, ou dans les Emirats, 90 % de la force de travail est étrangère et vient d’Asie (Pakistan, Bengladesh, Philippines, Inde, …). En Afrique, même si les chiffres manquent, l’essentiel des migrations se fait à l’intérieur du continent, et souvent sur de courtes distances, entre pays voisins.

Ces migrations sont, souvent, très différentes de celles que connait l’Europe. L’ouvrier pakistanais à Dubaï ou la femme de ménage philippine à Singapour, pour prendre ces exemples, n’emmènent pas leur famille, qui reste dans leur région d’origine. En général, ils n’envisagent pas de s’installer – de fait, obtenir la nationalité saoudienne ou émirati est impossible, par exemple. Souvent, ils retournent dans leur pays après quelques années. Leurs conditions de vie sont précaires et ils bénéficient souvent de très peu de protection sociale même quand ils sont en situation légale. Ils sont très contrôlés et à la merci de leurs employeurs qui peuvent les renvoyer presque instantanément.

Malgré tout, ces migrations sont globalement positives à la fois pour les pays d’accueil et de départ. Elles répondent en général à un besoin identifié de main d’œuvre dans le pays d’accueil. Dans les pays d’origine des migrants, l’argent transféré permet une augmentation des revenus et donc une hausse de la scolarisation, un meilleur accès à la santé, la réduction de la pauvreté, etc. Tous ces facteurs font partie des objectifs du millénaire pour le développement. L’émigration, et en particulier l’émigration Sud-Sud est donc un facteur de développement.

Extrait du livre « Vivre ensemble 7 milliards d’humains » rédigé par la rédaction de GoodPlanet et disponible aux éditions de la Martinière. Soutenez-nous en achetant cet ouvrage.

Media Query: