L’Unesco inspecte la grande barrière de corail en raison de la menacé posée par le transport de charbon

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 1 minute  

L’Unesco inspecte la grande barrière de corail en raison de la menacé posée par le charbon

Des militants de Greenpeace appelent l’Unesco à sauver la grande barrière de corail © AFP PHOTO / Greg WOOD

Une équipe des Nations unies inspecte la grande barrière de corail pour déterminer les effets de l’essor du transport maritime de charbon et de la prospection d’hydrocarbures sur ce milieu. L’extension du terminal portuaire d’Abbott Point d’où le charbon part entraîne en effet une hausse du trafic des navires sur la grande barrière. Il pourrait y avoir 10 000 bateaux qui la traverseraient chaque année contre 1722 en 2011, selon le Guardian le 6 mars. Les inspecteurs feront, suite à leur visite, des recommandations à la commission de l’Unesco où le site est classé. Interrogé par la BBC, John Hepburn, chargé de campagne pour Greenpeace explique : « avec leur expansion, les industries du charbon et du pétrole mettent en danger la grande barrière avec l’augmentation du trafic maritime ». L’Australie est l’un des premiers exportateurs mondial de charbon.

Media Query: