La consommation locale à l’origine de l’augmentation de déchets électroniques en Afrique de l’Ouest

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 1 minute  

La consommation locale à l’origine de l’augmentation de déchets électroniques en Afrique de l’Ouest

Des déchets au Kenya © AFP PHOTO / Tony KARUMBA

Le Bénin, la Côte-d’Ivoire, le Ghana, le Liberia et le Nigeria produisent entre 650 000 et 1 million de tonnes de déchets électroniques chaque année. « La consommation intérieure est à l’origine de la majorité (jusqu’à 85 pour cent) des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) neufs ou d’occasion produits dans la région, selon l’étude DEEE ? Où en sommes-nous en Afrique ? », rapporte l’UNEP le 10 février. En Afrique, ces 10 dernières années, le nombre de téléphones portables a été multipliés par 100 et celui des ordinateurs par 10. Toutefois, les pays d’Afrique de l’Ouest font face à l’arrivée massive de DEEE d’Europe au travers de l’importation d’équipements électroniques usagés dont une grande partie se révèle inutilisable. Ainsi, au Bénin et Côte-d’Ivoire, la moitié de l’équipement électronique reçu n’est pas réparable ; au Ghana ce chiffre atteint 70 %. Le traitement de ces déchets, dans lesquels des substances toxiques sont présentes, peut se révéler dangereux pour la santé.

Media Query: