Plus de transparence autour des activités minières en Sierra Leone

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

mine, diamant, sierra leone, freetown, blood diamonds, di caprio

Mine de diamants en Sierra Leone © DESIREY MINKOH / AFP

Le gouvernement sierra-leonais vient de mettre en ligne une base de données afin de rendre accessible au public les dépenses et les recettes des compagnies minières qui opèrent dans le pays. « Ce système va permettre de mettre un terme à toute forme de fraude et de corruption dans le secteur minier, se félicite Minkailu Mansaray, le ministre des mines et des ressources naturelles. « Le public doit savoir ce que les compagnies payent au gouvernement et ce que le gouvernement reçoit des compagnies qui exploitent ses ressources naturelles. », poursuit-il dans IPS. Financée par l’Union européenne et développée en coopération avec plusieurs institutions internationales (Banque mondiale, PNUD etc.), cette base de données sera alimentée par des agents du gouvernement chargé d’aller collecter les données auprès des compagnies. Alors que la Sierra Leone reste marqué par des affaires de diamants ensanglantés (« blood diamonds »), cette décision du gouvernement n’est pas sans importance.

Plus largement, la mise en place d’une telle base de données répond aux attentes de la campagne « Publiez ce que vous payez ». Menée par une coalition de plus de 200 ONG à travers le monde, celle-ci a pour principal objectif d’aboutir à ce que les compagnies extractives (pétrole, gaz et ressources minières) publient, de façon systématique et transparente, le montant des taxes et redevances de toute nature qu’elles versent aux Etats des pays dans lesquels elles sont présentes.

Media Query: