Plusieurs espèces d’oiseaux menacées dépendent des terres agricoles

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 1 minute  

ferme oiseaux preservation

Des oiseaux prennent leur envol près du canal d’irrigation d’une ferme aux USA © David McNew/Getty Images/AFP

Sans les terres agricoles où elles trouvent de quoi vivre, une trentaine d’espèces d’oiseaux classées comme menacées seraient conduites à l’extinction. C’est ce qui ressort d’une étude de l’University of East Anglia dont les chercheurs ont constaté que, dans les pays en développement, la plupart des oiseaux menacés vivent dans des régions de fermes. Au fil du temps, ces oiseaux sont devenus dépendants, pour se nourrir, s’établir et nidifier, des services fournis par les fermes traditionnelles et locales. Par exemple, une espèce d’ibis à crête d’Asie dépend pour son alimentation des terres arables, elle ne survit que dans une seule région chinoise. Ailleurs, elle s’est éteinte avec la disparition des fermes traditionnelles au profit des exploitations intensives ou de l’urbanisation, rapporte la BBC le 5 décembre. Le docteur Paul Dolman, qui a conduit l’étude, estime que ses conclusions ne s’appliquent pas qu’aux oiseaux : « Les pâtures extensives et le système pastoraux traditionnels sont cruciaux pour de nombreuses espèces menacées. Dans la préservation des espèces, les gens sont souvent perçus comme un problèmes. Alors que les cultures de basse intensité jouent un rôle important pour de nombreuses espèces. La culture traditionnelle du riz en Asie et celles des céréales en Afrique semblent jouer un rôle majeur pour la biodiversité ».

Media Query: