WikiLeaks : les centrales nucléaires chinoises ne disposent pas de système automatique d’arrêt d’urgence

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 1 minute  

Wikileaks : inquiétudes américaines sur la sûreté des centrales nucléaires chinoises

Un réacteur nucléaire chinois © AFP PHOTO/Frederic J. BROWN

Des câbles diplomatiques publiés par WikiLeaks témoignent des doutes émis, dès août 2008, par l’ambassade des Etats-Unis en Chine sur le parc nucléaire civil chinois. « La Chine a “grandement accru“ le risque d’accidents nucléaires en optant pour une technologie bon marché qui sera âgée d’un siècle au moment où des dizaines de ses réacteurs atteindront la fin de leur cycle de vie », rapporte le Guardian le 25 août. Même si à l’heure actuelle, suite à Fukushima, la Chine a mis en pause l’expansion de son parc nucléaire, le pays projetait en 2008 de bâtir entre 50 et 60 nouveaux réacteurs. Mais, le modèle de réacteur le plus populaire en Chine serait de type CPR-1000, élaboré à partir de technologie mises au point par la firme américaine Westinghouse. Or Westinghouse a depuis développé un modèle plus récent de réacteur : le AP-1000. Ce dernier est jugé plus sûr car doté de systèmes automatiques de sécurité. C’est-à-dire que le CPR-1000 ne dispose pas d’un système automatique d’arrêt d’urgence, une limite en terme de sécurité reconnue par les autorités chinoises et qui inquiète les Américains.

Media Query: