Coca-Cola a fait évaluer son « empreinte pauvreté » par Oxfam

Publié le : Last updated:

Travailleur dans un champs de canne à sucre à San Julian au Salvador

Travailleur dans un champs de canne à sucre à San Julian au Salvador © AFP PHOTO / Jose CABEZAS

L’« empreinte pauvreté » à l’image de l’ « empreinte écologique », mesure les impacts sociétaux des multinationales dans les pays pauvres où elles sont implantées, lit-on sur Novethic. Cette initiative, développée par Oxfam, association de solidarité internationale qui lutte contre la pauvreté, propose aux multinationales un outil d’évaluation. La firme Coca-Cola l’a utilisé pour mesurer son impact en Zambie et au Salvador, deux pays cultivateurs de canne à sucre où le groupe est fortement implanté.

Les impacts sont, par exemple, la contribution au PIB, le niveau de vie des salariés, la sous-traitance, l’exploitation des ressources naturelles, entre autres. Bien que près de 4000 emplois, formels et informels, soient induits par la multinationale dans ces pays, la situation des employés dans les champs de canne à sucre, est précaire.

Mais Chris Jochnick, directeur du département « secteur privé » chez Oxfam USA, précise : « L’empreinte pauvreté » ne rend pas d’avis sur l’équilibre entre les impacts négatifs et positifs. Nous espérons en faire une plate-forme sur laquelle les parties prenantes pourront s’appuyer pour inciter l’entreprise à s’orienter vers des stratégies « pro-poor » ». Cet outil a également une fonction stratégique qui permet aux entreprises d’améliorer leur position sur le nouveau marché des consommateurs pauvres.

Media Query: