La maladie de la banane menace la sécurité alimentaire au Burundi

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

Transport à vélo de bananes sur les marchés de Bujumbura, les transporteurs vivent du profit qu'ils tirent de leurs ventes, environ 2 euros par jour

Transport à vélo de bananes sur les marchés de Bujumbura, les transporteurs vivent du profit qu’ils tirent de leurs ventes, environ 2 euros par jour © AFP PHOTO / ROBERTO SCHMIDT

La maladie qui affecte les plantations de banane au Burundi menace la sécurité alimentaire du pays. Le flétrissement bactérien du bananier, ou BXW pour Banana Xanthomonas Wilt, cette maladie qui se propage très rapidement, aurait été détectée pour la première fois en 2010 à la frontière avec la Tanzanie, d’après Adelin Girukwishaka, responsable de la protection des plantations du ministère de l’Agriculture du pays.

Ernest Manirambona, de l’unité de coordination d’urgence de la FAO dit à l’IRIN : « La maladie est aujourd’hui confirmée ; elle s’est propagée à 5 provinces en moins de 6 mois. » « Les plantations de bananes représentent la plus grande part de terres cultivées et 60% du revenu de la population » explique Girukwishaka. La maladie qui l’affecte est donc un problème à la fois pour les agriculteurs et pour l’économie du pays, ajoute-t-il. La propagation de la maladie a déjà fait grimper les prix sur le marché principal de Bujumbura. D’après Celestin Niyongere, de l’Institut de Recherche de Sciences Agronomiques, « aucune variété ne résiste à la maladie ».

Les agriculteurs ont été encouragés à supprimer les bourgeons mâles des plantations comme mesure de prévention, afin d’éviter que les insectes ne propagent la maladie à des zones non affectées. Les abeilles peuvent diffuser la maladie à des bananiers jusqu’à 60 km à la ronde en un jour. Une fois qu’une plantation est affectée, la seule solution est de couper tous les arbres affectés. Le gouvernement du Burundi prévoit de distribuer en septembre 750 000 pousses de bananes sélectionnées pour s’assurer que les agriculteurs disposent de plantes non contaminées.

Media Query: