Les fonds marins d’Europe jonchés d’obus et bombes

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 1 minute  

Obus Océans France Europe

FRANCE, AVRILLE : Un plongeur-démineur aide a remonter à la surface, le 10 juillet, une nacelle remplie de caisses de grenades datant de la Première Guerre Mondiale, immergées depuis 1920 dans le le Lac Bleu, à Avrille, près d’Angers. Franck Perry/AFP PHOTO

Les armées européennes ont rejeté en mer des centaines de milliers de tonnes d’obus et de bombes, rapporte Ouest-France. Le Royaume-Uni aurait ainsi noyé plus d’un million de tonnes entre l’Ecosse et l’Irlande du Nord après la deuxième guerre mondiale. En France, des dizaines de sites sont référencés comme « explosifs immergés » mais aucune estimation n’a été réalisée quant au volume de ceux-ci, indique Ouest-France. Jusqu’en 1993, des munitions chimiques ont été pétardées en Baie de Somme libérant, entre autres, du gaz moutarde, qui peut rester actif 400 ans. Tous les types de munitions immergés contiennent des traces d’éléments chimiques toxiques, comme le mercure, le plomb ou même l’arsenic. Aucune étude internationale n’a pour l’instant prouvé un impact sur le milieu naturel ; toutefois, le chercheur italien Ezio Amato estime que « les maladies à long terme existent » et a déjà analysé des dommages causés à la santé des congres et rascasses.

Media Query: