Les projets miniers sur des zones protégées annulés grâce à la mobilisation citoyenne

Publié le : Last updated:

Le gouvernement néo-zélandais souhaite déclasser 7000 hectares de zones protégées pour exploiter les richesses minières du pays. Mars 2006. NOUVELLE-ZELANDE © AFP PHOTO/David BROOKS

Le gouvernement néo-zélandais renonce à ses projets d’exploitation miniers dans les zones protégées suite aux protestations de l’opinion publique. En mars derniers, le gouvernement avait annoncé son souhait d’autoriser l’exploitation minière de près de 7000 hectares de zones protégées, parmi lesquelles figurent le parc national de Paparoa, l’île de Great Barrier et la péninsule de Coromandel. A la suite à cette annonce, 30 000 citoyens s’étaient exprimés lors d’une consultation contre une modification législative du statu de ces zones protégées, 40 000 personnes avaient manifesté contre l’ouverture de ces terres à l’exploitation minière et 50 000 avaient signé d’une pétition des Verts contre ces projets. Mardi 20, Le ministre de l’énergie Gerryr Brownlee « devrait annoncer qu’il n’y aura pas de création de mines à l’avenir dans ces régions et qu’à l’avenir tous les parcs nationaux du pays seront protégés », rapporte le New Zealand Herald du 19 juillet.

Media Query: