La Banque mondiale encourage la construction d’une centrale à charbon controversée

Publié le : Last updated:

charbon ; gaz à effet de serre ; mines ; changement climatique ;

Mine de charbon à ciel ouvert près de Delmas, République d’Afrique du Sud (26°10’ S – 28° 44’ E) © PHOTO YANN ARTHUS-BERTRAND / ALTITUDE

La Banque mondiale a décidé d’octroyer un prêt de 3,75 milliards de dollars à la société sud-africaine Eskom qui devrait servir à financer en grande partie la construction d’une nouvelle centrale à charbon de 4 800 mégawatts dans le nord-est du pays, a-t-elle annoncé sur son site. Ce projet avait pourtant été critiqué par de nombreuses associations et a été immédiatement condamné par les Amis de la Terre qui dénoncent les impacts environnementaux de celui-ci : « La centrale de Medupi va émettre des millions de tonnes de CO2 sur les trente années à venir. Ce type de projets enferme l’Afrique du Sud dans un modèle énergétique archaïque et compromet les efforts internationaux de lutte contre les changements climatiques. Il est scandaleux que la Banque mondiale choisisse d’utiliser ses ressources pour des centrales à charbon quand l’Afrique du Sud a un énorme potentiel en matière de renouvelables et d’efficacité énergétique, qu’il faudrait développer » estime Anne-Sophie Simpere, chargée de campagne Responsabilité des acteurs financiers. Sur les 3,75 milliards alloués, seuls 260 millions sont destinés à la production d’électricité à partir de renouvelables.

Media Query: