Des préservatifs en caoutchouc naturel

Publié le : Last updated:

Des préservatifs en caoutchouc naturel

Photo on datée d’un hévéa, dont on recueille le latex, dans une exploitation de caoutchouc de l’état brésilien de Bahia. Les feuilles d’hévéa sont victimes d’un champignon minuscule, le Microcyclus ulei. Ce dernier menace à tout instant de décimer les plantations mondiales d’hévéas, ont mis en garde des chercheurs lors d’un séminaire qui vient d’être organisé à Bahia par l’Institut français Cirad et le numéro un mondial du pneumatique, le français Michelin. 12 ans après le début des recherches, quatre clones particulièrement résistants sont prêts à être testés à grande échelle sur la plantation Michelin de Bahia. © AFP

Le Brésil a mis en place un programme afin de se fournir en préservatifs fabriqués à base de caoutchouc naturel, une ressource renouvelable. Une usine a été ainsi construite dans l’état de l’Acre et doit produire plus de 100 millions de préservatifs à partir de latex provenant de la réserve Guardian du 29 mars, « ce projet bénéficie à la fois à l’environnement et à l’économie puisqu’il fournit un revenu à 550 familles tout en réduisant les motifs de déforestation ». Le prélèvement du caoutchouc ne tue pas les arbres, toutefois, cette technique coûte actuellement plus cher que celle qui utilise des produits synthétiques. Or, l’état brésilien importe 1 milliard de capotes chaque année, ce qui en fait le premier acheteur mondial, en raison de sa politique volontariste de prévention du Sida dans les milieux à risque. À titre d’exemple, des préservatifs sont inclus dans les paniers alimentaires distribués aux plus démunis.

Media Query: