Autorisation prochaine des radios commmunautaires locales au Chili

Publié le : Last updated:

http://www.imageforum2.afp.com/ImageForum/Search/visuMediaImage.aspx?numPage=1&srchMd=8&hashDocID=A6AB27BB9AC13B294839D43A678A6A68417F4B60AC0A070675533BFEF6112B72C6C762B96DDBD8584290B78A52D9A1CFA0BA40EB2D447197&nbItems=1&IndexNumberInRequest=1&ID_Fulcrum=1573742164_0&NumPageOriginal=1&Psv=0

Un indigène dans une station radio qui émet à la frontière du Pérou et de l’Equateur © AFP PHOTO/Guillermo LEGARIA

En 2009, 7 radios communautaires locales ont été fermés au Chili pour avoir émis illégalement. Radio Sin Tierra, station du mouvement des sans-terre a ainsi été réduit au silence, rapporte l’International Press service du 9 février. « On m’a condamné simplement pour avoir exercé mon droit à m’exprimer. Tout le monde a le droit de le faire, qu’il ait ou non les moyens de se payer une licence », se défend Fidel Galaz de Radio Sin Terra qui voit dans ce système une atteinte à la liberté d’expression. Pour y mettre fin, le gouvernement doit voter en mars une loi qui reconnaît l’utilité sociale des radios communautaires. En effet, jusqu’à présent, l’émission radiophonique non-autorisée par une licence est considérée comme un crime au titre de l’article 36 B de la loi de 1982 sur les télécommunications décrétée par le dictateur Augusto Pinochet pour faire taire les médias d’opposition. Les animateurs de ces radios risquent des peines de prison, des amendes et la saisie de leur matériel.

Media Query: