Comprendre Copenhague : 2012, une année charnière

Publié le : Last updated:

2012 climat

2012, c’est demain. L’année marque l’échéance du protocole de Kyoto qui réglait les émissions de gaz à effet de serre pour la période 2008-2012 ; il faut donc lui trouver un successeur, au moins pour la période 2013-2017. Mais de quoi sera fait Kyoto-2, aussi appelé le post-Kyoto ? C’est l’enjeu des négociations internationales qui ont déjà commencé.

Les négociations ont pris du retard car les diplomates ont préféré ne pas trancher avant 2008 et l’arrivée d’une nouvelle administration américaine plus favorable à une action sur le sujet. Mais les débats sont complexes. C’est pourquoi le sommet de Copenhague, en décembre 2009, est considéré comme la dernière chance pour obtenir un accord dans des délais qui évitent une interruption du régime du protocole de Kyoto.

Quels engagements seront pris, et quels outils concrets pour en surveiller l’application, ou quelles mesures contraignantes seront mises en place ? C’est, encore une fois, tout l’enjeu de l’accord puisque la convention cadre des Nations unies (UNFCCC) ne donne pas d’objectifs concrets.

De très nombreuses questions restent ouvertes : les grands pays industrialisés vont-ils s’engager à nouveau dans des réductions et vont-ils même accepter d’augmenter leurs efforts, comme cela est nécessaire ? Les USA vont-ils finalement rejoindre le processus ? Les pays émergents (Chine, Inde, etc.) vont-ils accepter de faire de même ? Comment financer la lutte contre la déforestation, assurer le bon fonctionnement du marché du CO2 ou associer les pays en développement et favoriser les transferts de technologies ?

Que se passera-t-il en cas d’échec ? Il est possible qu’aucun accord ne soit signé, ou bien qu’un texte faible, avec très peu d’engagements concrets soit le seul à émerger. Dans ce cas, beaucoup d’énergies auront été perdues. Mais tout ne s’arrêtera pas là : le réchauffement climatique continuera à s’aggraver et rendra chaque jour plus palpable la nécessité d’agir. Ce qui devrait renforcer, au bout du compte, ceux qui veulent lutter contre le phénomène.

Martinière.

Media Query: