Autant de poissons élevés que péchés dans les assiettes

Publié le : Last updated:

moitié des poissons mangés issu aquaculture pisciculture

Un biologiste de la salmoniculture de Chanteuges nourrit, le 19 février 2002, des saumoneaux avant de les relâcher dans l’Allier. Ce lâché a pour but de restaurer la population de Saumon atlantiques dans les régions Loire et Allier. Le WWF a rendu public, le 2 juin 2001, un rapport dans lequel il relève que la population des saumons sauvages a diminué ces 18 dernières années de 75 %. France © AFP Photo

La moitié des poissons consommés dans le monde provient désormais de l’aquaculture, selon une étude publiée par des chercheurs de la Stanford University dans la revue Proceedings of the National Academic Sciences. L’année 2009 est la première où la production aquacole atteint le niveau de la pêche. Entre 1995 et 2007, le volume des produis de l’aquaculture a été multiplié par 3 en raison notamment de la forte demande en oméga 3, des acides gras essentiels au corps humain, rapporte le Science Daily du 8 septembre 2009. Toutefois, la pisciculture nécessite encore qu’on pêche pour nourrir les poissons d’élevage. Ainsi en 2006 20 tonnes de poissons ont été pêchées pour élever 51,7 millions de tonnes de poissons. « Il faut parfois jusqu’à 5 livres de poissons sauvages pour produire une livre de saumon, et nous mangeons beaucoup de saumons », affirme le directeur de l’étude Rosamond L. Naylor. Mais, en réduisant seulement de 4% les huiles de poisson présentes dans l’alimentation des saumons d’élevage, il faudrait alors 3,9 livres de nourriture pour obtenir 1 livre de saumon destinée à la commercialisation.

Media Query: