Comprendre Copenhague : des villes vraiment nouvelles

Publié le : Last updated:

eco ville climat architecture urbanisme adaptation

Le secteur du bâtiment est celui pour lequel il existe le plus grand potentiel de réduction des émissions :- 29 % d’ici à 2020. Et ce à un coût modeste car les solutions techniques existent déjà. Un bon double vitrage diminue les pertes de chaleur de 15 à 20 %. Un éclairage qui se coupe lorsqu’il n’y a personne dans la pièce, des ampoules basse consommation et un meilleur usage de la lumière naturelle permettrait de réduire de 75 % la consommation d’énergie liée à l’éclairage domestique qui chaque année rejette 1,9 gigatonne de CO2.

Des gestes extrêmement simples peuvent avoir des conséquences étonnamment fortes.

À l’échelle de la planète, blanchir tous les toits économiserait ainsi 44 milliards de tonnes de CO2 car cela augmente la quantité d’énergie réfléchie dans l’espace et donc diminue le réchauffement sous forme de rayonnement infra-rouge. Alternativement, les recouvrir de végétaux, c’est s’assurer une meilleure isolation.

L’autre enjeu urbain majeur, c’est repenser les déplacements. Développer des moteurs qui consomment moins, utiliser des carburants alternatifs, recourir à l’énergie électrique atténuent la pollution. Mais pour une mobilité plus douce, il faut revoir la conception même des villes. Les éco-quartiers Vauban à Fribourg-en-Brisgau et le quartier BedZED à Londres montrent la voie d’une vie sans voiture. Surtout qu’en Europe, la moitié des trajets automobiles fait moins de 5 km. Ils pourraient dans la plupart des cas s’accomplir à pied, en vélo ou en transports en commun.

Aujourd’hui, les éco-quartiers, comme ont les appelle, restent des initiatives isolées et portent sur des échelles modestes car les villes évoluent lentement. Les politiques urbaines nécessitent du temps pour entrer en application. Les maisons ont une durée de vie assez longue et les professionnels du bâtiment ne sont pas toujours formés aux nouvelles techniques. Mais en général, la question du coût n’est pas déterminante : les gouvernements offrent souvent des subventions, et de toutes façons, le surcoût est rapidement remboursés par les économies.

Martinière.

Media Query: