Un poisson « durable » montre des signes de déclin

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

japon tokyo mcdonald s fish poisson japan

JAPON, Tokyo: Le président japonais de McDonald’s, Yasuyuki Yagi (à g.), le vice-président Eiko Harada (à d.) et la mascotte Ronald introduisent le nouveau plat de la compagnie, les « fish McDippers », dans un restaurant de Tokyo, le 1er mars 2004. La société a commencé à vendre son nouveau produit, constitué de six pièces de poisson frit servi avec une sauce chili ou tartare, au prix de 2 dollars US, dans un magasin de Tokyo, avant de le vendre dans tout le Japon dès le 8 mars. Copyright AFP Photo / Toru YAMANAKA

La pêche au hoki n’est pas si durable qu’on pourrait le croire, relate le San Francisco Chronicle du 13 septembre 2009. Poisson de hauts-fonds à la chair douce, le hoki est utilisé notamment par les chaînes de fast-food, sous forme de bâtonnets ou de filets. Les populations de ce poisson sont en train de décliner, d’après le groupe écologiste Blue Ocean, alors que sa pêche bénéficie du label MSC censé garantir son caractère soutenable, rappelle l’article. Or, non seulement la pêche au hoki réduit l’abondance de ses populations, mais elle « prélèverait des quantités significatives d’oiseaux de mer et de phoques à fourrure », d’après Blue Ocean. Entre 1996 et 2001, la pêche au hoki, qui a lieu dans le Pacifique au large de la Nouvelle-Zélande, a bénéficié de permis de capture très élevés. Malgré la réduction de ces derniers de deux tiers, aujourd’hui, par rapport à 2001, l’industrie de la pêche au hoki continue de « prélever tout ce qu’elle peut de la ressource, sans que cela fasse sonner d’alarme », affirme Peter Trott, chargé en Australie du programme pêche pour l’ONG WWF.

Media Query: