La fécondité se remet à augmenter dans les plus pays les plus riches

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

fertilite payton kline bebe medecine de la reproduction denver colorado

ETATS-UNIS, Denver: Payton Kline, âgée de quatre mois et 5 000ème bébé issu d’une fécondation in vitro, née au centre du Coloradao de médecine reproductive, se tient dans les bras de sa mère Pamela le 6 juin 2003 à Denver, Colorado. La réunion a rassemblé les enfants nés chacune des années parmi les 16 durant lesquelles le centre a travaillé sur le terrain. AFP Photo / Kevin Moloney

La fécondité des femmes des pays les plus riches se remet à augmenter au-delà d’un certain seuil de développement économique, d’après une étude publiée dans Nature le 6 août 2009. Les États-Unis, la Norvège et Israël, par exemple, montrent en effet que la tendance à la baisse de la fécondité en même temps que l’augmentation de l’indice de développement humain, s’inverse au bout d’un certain niveau de développement. L’inversion est observée dans 18 pays sur 26 et contrebalance les projections selon lesquelles la population des pays les plus développés devrait diminuer, à cause d’une chute continue de la fécondité, rapporte le New York Times. Les chercheurs projettent au contraire un ralentissement du vieillissement et une stabilisation de la taille de la population des pays les plus riches. Mais cela ne devrait avoir que peu d’impact sur la taille de la population mondiale: celle-ci « continuera d’être influencée principalement par le rythme auquel diminue la fertilité dans les pays en développement », d’après Hans-Peter Kohler, chercheur à l’Université de Pennsylvanie et auteur. En revanche, l’étude permet selon lui de modérer les inquiétudes liées au vieillissement des populations, comme la sécurité sociale et le manque de main d’œuvre.

Media Query: