Le fardeau climatique des gaz réfrigérants

Publié le : Last updated:

china hong kong air conditioning chine air conditionne gaz refrigerant hfc hydrofluorocarbones

CHINE, Hong Kong: De hautes tours de bureaux dans le quartier central de Hong Kong, le 6 juillet 2005. Au plus fort de l’été, l’électricité consommée par la climatisation compte pour 60% de la consommation de ce territoire chinois riche en devises. Lles températures descendent si bas dans les bureaux climatisés qu’il n’est pas rare que le employés fassent fonctionner leur chauffage. Copyright AFP Photo / MIKE CLARK

L’utilisation croissante de gaz réfrigérants dans les décennies à venir pèsera davantage sur le climat que ce que l’on pensait, d’après un article paru dans Nature le 22 juin 2009. Les hydrofluorocarbones, ou HFCs, sont présents dans les réfrigérateurs et les systèmes de climatisation. Une étude néerlandaise montre que d’ici à 2010, les émissions annuelles de ces gaz équivaudront à plus de 5,5 milliards de tonnes de CO2. De telles émissions correspondent à environ 20% du total des émissions de CO2. « Ce travail souligne l’importance des HFCs en termes de pression sur le climat, avec un degré plus élevé que ce qu’on pensait au départ », déclare Venkatachalam Ramaswamy, un des auteurs du rapport du Groupe intergouvernemental d’experts sur le climat. Les HFCs ont été développés afin de remplacer les CFC, des gaz nocifs pour la couche d’ozone, suite au protocole de Montréal de 1989. Or, le pouvoir de réchauffement de ces molécule peut être plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de fois plus fort que celui d’une molécule de CO2. Même présents en faibles quantités, ils peuvent donc jouer un rôle majeur sur le climat.

Media Query: