Un Sud-Africain sur trois a déjà violé

Publié le : Last updated:

south africa afrique du sud rape viol bongani durban jewkes

AFRIQUE DU SUD, Durban: Bongani, un enfant sud-africain, photographié le 18 mai 2007, dans une maison des alentours de Durban. Un homme sud-africain, suspecté d’avoir traité Bongani comme esclave sexuel durant 13 ans depuis qu’il a l’âge de 5 ans, a été arrêté et accusé de harcèlement sexuel, selon la police le 18 mai 2007. Copyright AFP Photo / STRINGER

Un tiers des hommes sud-africains admettent avoir commis un viol, rapporte le site canada.com le 19 juin 2009. Après avoir interrogé plus de 1 700 hommes, le Conseil de la recherche médicale du pays a constaté que le problème était largement d’origine culturelle. « Dans une société patriarcale, la position des hommes dépasse celle des femmes », explique Rachel Jewkes, une des auteurs, « et légitime certains comportements comme le droit au sexe et les attitudes dominantes vis-à-vis des femmes ». Les Sud-Africains sont nombreux à penser que la virilité s’évalue en termes de nombre de partenaires sexuels, ou par le fait de ne pas utiliser de préservatif. Or, près de 20% des hommes ayant violé sont porteurs du virus du sida. « Changer les idées sur la masculinité n’est possible qu’en donnant des modèles alternatifs sur la manière d’être un homme et sur les moyens pour y parvenir. C’est à dire améliorer notre système d’éducation », affirme Rachel Jewkes. Parmi les violeurs, 10% ont déclaré avoir commis cet acte avant l’âge de 10 ans.

Media Query: