Les martinets ont de plus en plus de mal à nicher en Grande-Bretagne

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

united kingdom royaume uni londres london londres martinet swift royal society for the prevention of cruelty to animals

ROYAUME-UNI, Londres: Cette photo, qui vient de la Société royale pour la prévention de la cruauté envers les animaux (RSPCA), le 16 juin 2008, montre un oisillon écoutant des chants d’oiseau sur un lecteur CD. Pour la première fois, les centres de soin de la RSPCA font écouter des chants émis à l’aube par des oiseaux à des petits, afin de les aider dans leur apprentissage du chant. Une récente étude scientifique financée par la RSPCA a conclu que des oiseaux élevés en captivité pouvaient tirer parti de chants d’oiseaux adultes de leur espèce, avant d’être relâchés dans la nature. Copyright AFP Photo / RSPCA

Le nombre de martinets migrant en Grande-Bretagne a chuté de 47% durant les quinze dernières années, rapporte The Independent le 22 juin 2009. La pénurie de sites de nidification serait la cause majeure de ce déclin, d’après l’article. Espèce migratrice, rarement à terre, le martinet se reproduit entre mai et mi-juillet en Grande-Bretagne. Cet oiseau noir, aux ailes en forme de cimeterre et à la silhouette d’une hirondelle, construit son nid dans les anfractuosités des murs, sous les toits des maisons et des clochers, dans les interstices des pierres murales, etc. Or, il n’y a pas suffisamment d’espaces vides dans les bâtiments modernes. Une enquête est en cours pour savoir où nichent les martinets et quels sont leurs lieux de passage. A l’origine de ce projet, la société royale pour la conservation des oiseaux souhaite travailler avec l’industrie du bâtiment, afin de favoriser des lieux de nidification dans les constructions futures.

Media Query: