Une route transforme des tribus indiennes en vendeurs de viande au coeur d’un parc national

Publié le : Last updated:

huaorani waorani tribe tribu ecuador equateur hunt oil maxus

EQUATEUR, Coca: Marcelino Uyuncar, un instructeur indigène de la communauté Huaoroni, enseigne des techniques de survie aux troupes de l’école de l’armée Jungle & Counterinsurgency le 16 février 2006 à Coca, dans la province amazonienne de Orellana, en Equateur. Copyright AFP Photo / RODRIGO BUENDIA

Le commerce illégal de viande de brousse s’amplifie le long d’une route construite au coeur du parc national de Yasuni, en Equateur, rapporte le New Scientist du 20 mai 2009. Entre mars 2005 et mai 2007, la quantité de viande et de poisson vendue par les tribus locales Huaorani a ainsi plus que doublé, selon des chercheurs de l’Université San Francisco, Quito. Or, parmi les espèces capturées, il y a le pécari, un mammifère en voie de disparition qui ressemble à un cochon sauvage, et le singe laineux, en voie d’extinction. « Nous pensons que la croissance continue de ce marché menace la vie sauvage du parc national », estime Esteban Suarez, auteur de l’étude. Construite au début des années 1990, par la compagnie pétrolière texane Maxus Energy, la route traverse le parc sur 140 km. Les Huaorani ont obtenu des transports gratuits sur celle-ci. Mais, selon Esteban Suarez, les Huaorani n’auraient jamais participé à ce marché sans les bus gratuits. « Les gens se sont mis à chasser et à pêcher non plus pour nourrir leur famille ou échanger de la nourriture contre d’autres biens, au sein de la communauté, mais pour obtenir de l’argent », déclare-t-il.

Media Query: