Le Brésil régularise les propriétaires illégaux des terres amazoniennes

Publié le : Last updated:

brazil bresil deforestation amazone amazonie greenpeace proprietaire terrien titre de propriete guariba  agroalimentaire

BRESIL, Guariba: Une paysanne coupe la canne à sucre à la machette dans la plantation agricole de l’usine Bonfim, qui appartient au groupe COSAN, le plus gros producteur d’éthanol au Brésil, à Guariba, à 400 kms de Sao Paulo, le 6 juin 2008. Copyright AFP Photo / Nelson ALMEIDA

Le gouvernement brésilien a approuvé le 14 mai 2009 une loi qui prévoit d’accorder des titres de propriété à ceux qui occupent illégalement les terres de l’Amazonie, peut-on lire sur mongabay.com. Tous ceux qui prouvent qu’ils occupaient une surface allant jusqu’à 1 500 hectares avant décembre 2004, pourront obtenir un titre. 300 000 titres de propriété devraient être donnés, ce qui recouvre quelque 60 millions d’hectares de forêt. Jusqu’à présent, ces zones forestières n’appartenaient légalement à personne. Selon le gouvernement, l’attribution des titres serait un moyen d’améliorer la gouvernance de ces aires forestières. « Quand 300 000 personnes occupent des terres sans titre, on ne peut ni les responsabiliser, ni les réprimander, s’ils ne respectent pas les lois sur l’environnement », défend Carlos Minc, ministre de l’environnement brésilien. Néanmoins, les défenseurs de la nature réclament un renforcement des lois de protection de l’environnement en parallèle, en obligeant notamment les propriétaires à reforester une partie de leurs parcelles. Sans de telles garanties, cet accord des titres de propriété serait, d’après Carlos Minc, « un permis de déforester ».

Media Query: