Des avions amènent des armes en même temps que de l’aide humanitaire dans les zones de conflit

Publié le : Last updated:

republique democratique congo armement nations unies

République Démocratique du Congo, Kibati: Un soldat de l’armée congolaise inspecte un camion le 8 décembre 2008 dans la zone rebelle près de Kibati, dans la région du nord-Kivu en République démocratique du Congo. Les rebelles congolais ont ouvert des négociations pour la paix avec une délégation du gouvernement le 8 décembre 2008 à Nairobi, alors qu’ils évoquaient pour la première fois la fin du conflit qui a lieu dans l’est de la République démocratique du Congo. Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a demandé à l’Union européenne d’envoyer une « force-relais » dans cette région déchirée par la guerre, afin d’assurer la sécurité et de protéger les ravitaillements humanitaires jusqu’à l’arrivée des renforts onusiens. Copyright AFP Photo / PASCAL GUYOT

Des transporteurs aériens sont à la fois impliqués dans le commerce d’armes, de cocaïne, de minéraux précieux et dans les opérations humanitaire et de paix en zone de conflit, peut-on lire dans un article de AllAfrica le 13 mai 2009. D’après une étude publiée par l’Institut de recherche internationale sur la paix de Stockholm (SIPRI), 90% des compagnies identifiées comme étant impliquées dans le trafic d’armes par le Conseil de sécurité des Nations unies, ont été utilisées par celles-ci, l’UE, l’OTAN et des ONG pour transporter équipements et agents en mission pour la paix. Par exemple, la société Badr Airlines a continué d’être utilisée par la mission de l’ONU au Soudan pour la paix, malgré les recommandations par le Conseil de sécurité d’interdire toute collaboration avec cette société, qui a violé l’embargo sur les armes.

Media Query: