Le Kenya veut ériger des clôtures électrifiées pour empêcher l’invasion des parcs nationaux par la population

Publié le : Last updated:

kenya secheresse drought parc national Mau foret deforestation forest park mombasa nairobi

KENYA, Mombasa: Saumu Ali, en portant son bébé, regarde sa culture céréalière desséchée, le 27 janvier 2009 à Kwale. Le ministre des finances kenyan a levé les taxes sur les importations de maïs afin d’atténuer la pénurie de nourriture ayant suivi la sécheresse. Le Kenya a une fois encore été frappé par une sécheresse qui a surtout affefcté le nord et le sud-est du pays. Environ 10 millions de personnes dépendront de l’aide alimentaire dans les mois prochains. Depuis la dernière sécheresse de 2006, deux saisons des pluies se sont avérées mauvaises, et les faibles précipitations de ces tout derniers mois ont gravement exacerbé la situation. Copyright AFP Photo / SIMON MAINA

Le gouvernement kenyan veut clôturer ses 26 parcs nationaux avec des barrières électrifiées pour empêcher la population d’y pénétrer, d’après le Guardian du 10 mai 2009. En effet, la sécheresse qui sévit en Afrique depuis plusieurs années conduit la population à tenter de s’approvisionner en eau, en nourriture et en bois dans les réserves. « La population a atteint un niveau insoutenable », explique Julius Kipng’etich, directeur du service de gestion des parcs. « Nous sommes en train de nous tuer nous-mêmes lentement en détruisant et en colonisant les forêts ». Les fleuves de 5 parcs nationaux assurent 80% de l’approvisionnement en eau potable et en hydroélectricité. Les 15 000 personnes qui vivent illégalement dans le parc de Mau, la plus grande forêt kenyane, traversée par 12 fleuves, auraient abattu près de 104 000 hectares arborés en 15 ans.

Media Query: