La consommation de produits britanniques alimente la destruction de la forêt indonésienne

Publié le : Last updated:

panthere nebuleuse clouded leopard nestle wwf rspo palm oil pnue indonesia borneo sumatra rainforest

Indonésie, Bornéo : Une photo non datée, rendue disponible par le WWF le 15 mars 2007, montre une panthère nébuleuse dans la forêt tropicale de Borneo. © AFP PHOTO/ ALAIN COMPOST/WWF-CANON/HO

Les barres chocolatées Mars, les Maltesers, les Special K, les savons Dove, la lessive Persil appartiennent aux 43 grandes marques qui utilisent (ou sont suspectées d’utiliser) de l’huile de palme, selon The Independent du 1er mai 2009. Désignée par le nom « huile végétale » sur les étiquettes, l’huile de palme produite dans le monde vient pour 85% de Bornéo et de Sumatra. La demande mondiale pour cette huile augmente de 6 à 10% par an. À ce rythme, 98% des forêts indonésiennes seront détruites en 2020, selon le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE). Pour ce dernier, la culture des palmiers est la cause majeure de la déforestation dans ces îles, qui abritent des espèces en danger comme la panthère nébuleuse et l’ours malais. « Nestlé partage les inquiétudes quant à la menace pour l’environnement des forêts du sud-est asiatique, et souhaite la fin de la déforestation », a déclaré l’entreprise suisse, qui met pourtant de l’huile de palme dans ses KitKat et Quality Street. La majorité des entreprises jointes par le quotidien – dont Kellogg’s, Cadbury, Heinz, Pepsico – n’ont donné aucun délai pour s’approvisionner en huile «durable». En effet, 4% de la production d’huile de palme est certifiée comme telle par la Roundtable on sustainable palm oil, un organisme international. Celle-ci coûte entre 10 et 35% plus cher que les approvisionnements ordinaires.

Media Query: