L’importation d’animaux sauvages exotiques en passe d’être facilitée par la loi française

Publié le : Last updated:

flamant nain flamingo kenya trafic cites

De flamboyants flamants nains se nourrissent dans les eaux du lac Nakuru, le 11 mai 2009, à 160 km de Nairobi. Nakuru, dont la taille atteignait récemment à peine 20 kilomètres carrés, aurait perdu la moitié de ses eaux en quelques années, selon les habitants. / © AFP Photo/ SIMON MAINA.

Le 21 avril 2009, le Comité national de protection de la nature (CNPN) discutera au ministère de l’écologie d’une modification de l’arrêté du 17 avril 1981 sur les oiseaux protégés. Devrait être autorisée, selon Libération, l’importation d’oiseaux capturés à l’étranger dans un milieu naturel, ce qu’interdisait jusqu’alors cet arrêté. Coïncidence ou non, le rapporteur du CNPN, Jacques Winterguest, sous-directeur adjoint de la chasse, de la faune et de la flore au ministère, connaît personnellement l’éleveur amateur (ingénieur chez GDF) Patrick Lalanne. Lequel doit être jugé le 30 avril pour détention de 27 flamants roses nains, dont il n’a pu prouver la naissance en captivité. Encadré aujourd’hui par l’annexe II de la Convention internationale sur les espèces menacées (Cites), le commerce de ces volatiles devrait, s’il se trouvait facilité, ouvrir la voie à celui d’autres espèces sauvages, dont certaines sont menacées. Raymond Léost, juriste pour France Nature Environnement, rappelle que « derrière le flamant nain, on aura l’ibis chauve, le courlis esquimau, le courlis à bec grêle, le bouvreuil des Açores, des espèces qui figurent sur les listes rouges de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature ».

Media Query: