Moins d’herbe pour lutter contre le réchauffement climatique

Publié le : Last updated:

Troupeau en plein air

Troupeau en plein air CANADA, Calgar © AFP PHOTO/David BUSTON

Selon une étude canadienne de l’université de Manitoba, nourrir le bétail avec du grain à la place de l’herbe réduirait les émissions de méthane des troupeaux. Environnemental News Network rapporte les conclusions du professeur Ermias Kebreab qui a étudié, ces 4 dernières années, les rejets de méthane des vaches selon leur alimentation. Les animaux alimentés avec de l’herbe produisent quotidiennement 600 à 700 litres de méthane contre 500 pour ceux nourris au grain. Cette découverte remet en cause l’idée que le pâturage serait moins nuisible pour le climat que du grain issu d’une agriculture nécessitant de l’énergie. Selon Ermias Kebreab, cela s’explique par le fait que « 98 % du méthane émis par une vache provient de sa gueule, le reste sort par l’autre voie » et que le grain plus aisé à digérer que l’herbe requiert moins de gaz. Au Canada, un tiers des émissions de gaz à effet de serre du secteur agricole provient du méthane rejeté par les élevages.

Media Query: