Le Pentagone refuse de dépolluer ses bases groenlandaises

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 1 minute  

Groenland

Groenland. Copyright AFP

Les États-Unis ont construit de nombreuses bases militaires au Groenland. La plupart ont été abandonnées mais restent des lieux pollués. Les soldats américains ont laissé derrière eux des effets personnels mais aussi des décharges, des PCB, du fuel et d’autres polluants. Sans parler des restes d’un bombardier chargé de bombes atomiques qui s’est écrasé en 1968. Selon le Chrisitian Science Monitor, la question suscite la colère des habitants du Groenland – jadis une colonie du Danemark et aujourd’hui un territoire autonome.

« Les États-Unis et le Danemark doivent nettoyer leur affaires« , déclare Alequa Hammond, ministre des affaires étrangères du gouvernement autonome du Groenland. « Ils n’ont pas fait la moitié du travail. Des milliers des barils traînent abandonnés sur la Cote est et la banquise, et l’échec à nettoyer la base de Thule [la principale base, dans la région où s’est écrasé l’avion] est quelque chose de très important à nos yeux« . Le CSM rapporte que les États-Unis s’étaient engagés en 1991 à nettoyer les sites, mais qu’ils sont depuis revenus sur ce point.

Photo : Ilulissat, au Groenland, un site classé au patrimoine mondiale de l’Humanité. AFP PHOTO/SLIM ALLGUI

Media Query: