Incident à la centrale nucléaire de Golfech, visite de l’ASN dès lundi

golfech asn incident centrale

La centrale nucléaire de Golfech le 16 mars 2016 © AFP/Archives PASCAL PAVANI

Toulouse (AFP) – Un incident à la centrale nucléaire de Golfech (Tarn-et-Garonne) s’est produit mardi lors d' »opérations de vidange » d’un réacteur, a annoncé la direction du site, dont la « dégradation » de l’exploitation a été récemment pointée dans un rapport de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

La direction admet « un non-respect des règles générales d’exploitation lors d’opérations de vidange du circuit primaire de l’unité de production n°2 », dû à une erreur humaine.

« Pour mener à bien la vidange du circuit primaire, un salarié de la centrale doit manœuvrer une vanne située sur un évent (matériel permettant une entrée ou sortie d’air, ndlr) du pressuriseur. Cependant, peu avant la réalisation de son activité, le salarié est interrompu et il ne manœuvre pas la vanne. Les opérations de vidange du pressuriseur ont été engagées sans l’ouverture de l’évent, et donc dans une phase inappropriée de l’arrêt », explique-t-elle dans un communiqué.

Selon la direction de la centrale, cet incident, classé 1 sur une échelle de 7, « n’a eu aucune conséquence sur la sûreté des installations, sur la sécurité du personnel, ni sur l’environnement ».

Il a tout de même dû être déclaré jeudi à l’ASN qui doit mener à partir de lundi une inspection renforcée sur le site mobilisant une vingtaine de ses inspecteurs et prévue de longue date.

Le réseau « Sortir du nucléaire » déplore pour sa part « un silence assourdissant et une communication tardive et lénifiante ».

« Les éléments qui nous ont été transmis et la communication lacunaire d’EDF nous inquiètent d’autant plus au regard de la situation très dégradée sur le site. Il est indécent que l’entreprise rejette la faute sur +un salarié+ pour détourner l’attention d’un problème plus global qui génère déjà des risques », souligne-t-il dans un communiqué.

Fin septembre, l’ASN avait affirmé que la qualité de l’exploitation de la centrale de Golfech s’était « dégradée » en 2018. Cette « détérioration », qui porte surtout « sur la surveillance en salle de commande », s’est traduite par la déclaration « de nombreux incidents », selon les délégués pour l’Occitanie de l’ASN.

Cela fait notamment suite au renouvellement « en cinq ans de la moitié des effectifs » de la centrale, qui compte deux réacteurs d’une puissance de 1.300 mégawatts chacun, d’après la même source.

© AFP

3 commentaires

Ecrire un commentaire

  • Voici des questions :
    Quand est-il du nombre de formation sur simulateur SOFIA pour les nouveaux salariés ?
    Comment gérez-vous les compétences et le remplacement ? Anticipez-vous suffisamment le remplacement ?
    Existe-il une simulation 3D de toute l’installation, pour répéter les procédures en immersion virtuelle ?
    Il y a t-il des conditions de test en situation de stress poussé –> fatigue, la route est bloquée à cause d’une tempête, il faut rester 24h –> comment gérer la fatigue ? comment gérer le stress ? comment gérer l’équipe ? comment gérer les pannes ?

    • thierry

    juste pour information, cet incident s’appelle un encapsage, connu dans l’industrie.
    le réacteur est conçu pour une pression positive. Le fait de le mettre sous vide à le même résultat que lorsqu’on écrase une canette de coca vide.

    • Oskar Lafontaine

    Quand un incident sur un « réactueur » nucléaire en France est de peu d’importance, alors on en est informé, avec de deux à 5 jours de retard, et quand l’incident est grave, mais ne se voit pas de l’extérieur, alors là, on en est jamais informé.

Un fabricant de voitures à hydrogène mise sur la "révolution verte" britannique

Lire l'article