Un maire de l’Yonne prend un arrêté pro-pesticides

tracteur

Le maire d'une petite commune de l'Yonne, Fouronnes, a pris un arrêté en faveur des pesticides © AFP/Archives PHILIPPE HUGUEN

A contre-courant de l’opposition aux produits phytosanitaires, le maire d’une petite commune de l’Yonne a pris un arrêté en faveur des pesticides, dans lequel il énumère les substances plus dangereuses, selon lui, que celles mises en œuvre dans « les pratiques agricoles modernes ».

« J’autorise l’utilisation des produits phytosanitaires de synthèse et naturels sur l’ensemble du territoire communal de Fouronnes » (165 habitants), affirme Luc Jacquet, lui-même agriculteur, dans cet arrêté volontairement provocateur et humoristique.

« Avant d’appliquer toute nouvelle réglementation pénalisant exclusivement l’agriculture », la mairie devrait d’abord interdire cigarettes mais aussi « viandes grillées, boissons chaudes et autre malbouffe » ou encore « tous véhicules à moteur », explique-t-il, en faisant référence à des études épidémiologiques.

« Pour prémunir les habitants de toutes nuisances, il (serait) nécessaire de retourner aux usages antérieurs au XVIIIe siècle », peut-on encore lire dans cet arrêté transmis lundi à l’AFP.

« Je veux simplement remettre les pendules à l’heure », a expliqué à l’AFP Luc Jacquet, qui dit lui même « chercher à diminuer l’usage » des pesticides dans son métier de cultivateur mais assure qu’il n’y a parfois « pas le choix » et dénonce « la pression » mise aujourd’hui sur les agriculteurs.

Les pesticides de synthèse ne sont « pas plus dangereux que les pesticides biologiques », a-t-il ajouté, estimant que leur interdiction obligerait la France à importer des marchandises produites ailleurs de façon moins vertueuse.

En « autorisant tout le monde » à utiliser des pesticides, « je vais contre la loi », reconnaît l’élu, qui s’attend à ce que cet arrêté, pris le 23 septembre et repéré initialement par le magazine Le Point, soit annulé par la préfecture.

En octobre 2017, le tribunal administratif de Dijon avait annulé, à l’inverse, un arrêté du maire de Saint-Julien-du-Sault, une autre commune de l’Yonne, l’un des premiers à interdire l’usage des produits phytosanitaires à moins de 50 mètres des habitations.

© AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • nicolas B

    encore un argument de comparaison : je ne fais rien si untel ne fait rien => à ce jeu personne ne fait rien, bravo.

    quand comprendrons nous que TOUT doit etre fait par TOUS, pour que cela change.

    • Michel CERF

    Ce Maire se croit sans doute intelligent , encore un agriculteur qui prend soin de la nature …..

Le plaidoyer de la bergère des collines Florence Robert pour un pacte de responsabilité avec le vivant dans le cadre d’un élevage non industriel

Lire l'article