Incendies en Australie, suivez la situation

Pacifique : The Ocean Cleanup collecte du plastique pour la première fois

ocean clean up project

Remorqué, le dispositif Ocean Cleanup's System 001 quitte la baie de San Francisco le 08 septembre 2018 © AFP/Archives JOSH EDELSON

Rotterdam (Pays-Bas) (AFP) – Un navire tirant un gigantesque dispositif innovant de flottaison, destiné à nettoyer les océans des déchets plastiques, a ramassé pour la première fois avec succès du plastique dans le Pacifique, a annoncé mercredi le fondateur du projet.

Le navire avait quitté San Francisco début septembre pour un essai avant de se diriger vers le continent plastique de l’océan Pacifique.

Le projet, mené par The Ocean Cleanup, une organisation néerlandaise à but non lucratif, se donne pour objectif de vider d’ici cinq ans la moitié de la « grande zone d’ordures du Pacifique » (GPGP), une poubelle flottante trois fois grande comme la France, à mi-chemin entre la Californie et Hawaï.

Cela représenterait « environ 15.000 tonnes de plastique par an », selon Boyan Slat, le PDG et fondateur de l’organisation.

« Aujourd’hui (mercredi), nous annonçons que notre système de nettoyage dans la grande zone d’ordures du Pacifique a recueilli du plastique pour la première fois », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Rotterdam.

« Nous pensons donc que nous pouvons réellement nettoyer les océans », s’est réjoui le jeune Néerlandais de 25 ans.

Le navire tirait un équipement appelé System 001, conçu pour rassembler le plastique qui flotte à la surface des océans pour pouvoir ensuite le recueillir et le recycler.

Le système, imaginé par Boyan Slat il y a sept ans, était en phase de test depuis un an. Les débris récupérés arrivaient jusqu’ici à s’échapper du dispositif, qui peinait également à capturer les microplastiques.

« Nous attrapions un peu de plastique occasionnellement, de manière opportuniste, mais que notre système autonome, dans la zone d’ordures, attrape du plastique de toutes tailles, c’est vraiment la première fois », a expliqué Boyan Slat.

Les déchets récupérés sont divers, allant de bouteilles et de caisses jusqu’à des fragments devenus si petits « qu’ils peuvent facilement être ingérés par les animaux marins », a-t-il précisé.

La technologie de The Ocean Cleanup, dont l’efficacité est mise en doute par certains scientifiques, consiste en un flotteur de 600 mètres de long qui se trouve à la surface de l’eau et une jupe de 3 mètres de profondeur au-dessous. Le flotteur assure la flottabilité du système et empêche le plastique de s’échapper au-dessus, tandis que la jupe empêche les débris de s’échapper par dessous, explique Ocean Cleanup sur son site internet.

© AFP

 

Le portrait de Boyan Slat

Le site du projet Ocean clean up project

11 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Claude Renaud

    15.000 tonnes de plastique récupérées par an sont une broutille au vu de la surface à traiter
    et des volumes.
    Ce sont des millions de tonnes de plastique qui arrivent chaque année dans les océans, donc
    le gyre du Pacifique Nord est alimenté en permanence. C’est un travail inutile qui n’aura pas de
    fin. L’organisation de Boyan Slat est une arnaque qui lui a permis de faire fortune via le financement
    participatif de son organisation.

    • –> Claude Renaud : Stop les grincheux. Peu importe que ce soit une goutte d’eau, il faut bien commencer à bouger. On ne peut pas flinguer en permanence ceux qui sortent du lot pour se mettre les mains dans le cambouis. Greta Thumberg est énervante, mais elle est efficace. Boyan Slat gagne de l’argent, tant mieux si il fait le sale boulot d’éboueur que personne n’a su faire. Continuez à grogner sur votre transat, et laissez faire les actifs.

        • Michel CERF

        Complètement d’accord avec Teyssaire .

        • Grand

        Bravo!

      • Malvine

      Il y aurait « arnaque » si faire fortune était sa seule motivation. A vous de le prouver.
      Le soutenir ne pourra que l’encourager à parfaire l’initiative et encourager d’autres
      à le rejoindre ?

    • Claude Renaud

    Si vous ne voulez pas voir la réalité, c’est votre affaire !!!

    • Hernan

    Pour être démocrate: Je vote pour Teyssaire et Cerf.

    Hernan

    • Claude

    Tout à fit d’accord avec Teyssaire et Cerf, ce genre de forum pourrait être utile mais est souvent juste une estrade pour grincheux!!!

  • Oui Teysaire tu as raison…Et soyons comme Greta Thunberg et maintenant Boyan Slat, chacun de nous, une petite goutte supplémentaire pour finalement faire déborder la coupe de la connerie humaine
    Vive le courage sans la peur du ridicule et agir. Bravo

    mesparaboles.blogspot.be
    .

  • Au départ, le système de Boyan Slat devait être rentabilisé par le recyclage du plastique récolté. Il ne le sera jamais car le plastique ayant séjourné en mer est trop dégradé.
    De surcroît,  sachant que 80% du plastique en mer provient de huit fleuves dans le monde et que seule une petite fraction continue de flotter à la surface des gyres océaniques, ce système n’est malheureusement pas déployé au bon endroit et ne sera jamais capable d’être suffisament efficace pour nettoyer les océans.
    Par contre, Boyan Slat a le mérite de s’être engagé et d’avoir popularisé le problème du plastique en mer. Quand on sait ce que coûte la moindre opération en mer, je doute qu’il ne se soit enrichi avec les quelques millions d’euros de financement participatif récoltés.
    @Claude Renaud, à moins de ne l’étayer par un audit de la comptabilité de cette ONG, votre affirmation d’enrichissement personnel est pour le moins diffamatoire et vous lui devez vos excuses les plus plates.

  • Au départ, le système de Boyan Slat devait être rentabilisé par le recyclage du plastique récolté. Il ne le sera jamais car le plastique ayant séjourné en mer est trop dégradé.
    De surcroît,  sachant que 80% du plastique en mer provient de huit fleuves dans le monde et que seule une petite fraction parvient et flotte à la surface des gyres océaniques, ce système n’est malheureusement pas déployé au bon endroit et ne sera jamais capable d’être suffisament efficace pour nettoyer les océans.
    Par contre, Boyan Slat a le mérite de s’être engagé et d’avoir popularisé le problème du plastique en mer. Quand on sait ce que coûte la moindre opération en mer, je doute qu’il ait pu s’enrichir avec les quelques millions d’euros de financement participatif récoltés.
    @Claude Renaud, à moins de ne l’étayer par un audit de la comptabilité de cette ONG, votre affirmation d’enrichissement personnel est pour le moins diffamatoire et vous lui devez vos excuses les plus plates.