Climat : Macron réclame la « réconciliation » plutôt que « la dénonciation »

macron climat reconcilliation

Emmanuel Macron à ta tribune des Nations-Unies, à New York le 24 septembre 2019 © AFP Don Emmert

Nations unies (Etats-Unis) (AFP) – Pour sauver le climat, Emmanuel Macron a appelé mardi à l’ONU à la « réconciliation » en France comme dans le monde, plutôt que de « rester dans le tandem de la dénonciation et de l’inaction (qui) ne mènera à rien ».

« Nous sommes en train de voir poindre une rhétorique constante de la dénonciation. Je l’entends, elle nous pousse à agir, mais elle n’est plus suffisante. Nous n’en sommes plus à dénoncer, nous savons! », a lancé le chef de l’Etat, accusé d’inaction par les défenseurs de l’environnement.

Ses déclarations à la tribune des Nations unies faisaient écho à ses critiques contre Greta Thunberg mardi matin, qu’il a jugé « très radicale » et susceptible d' »antagoniser la société », ainsi que sur les manifestations des jeunes, auxquels il a conseillé d’agir plus concrètement que de simplement défiler dans les rues.

« Et à côté », il a dit voir « chez certains un confort de l’inaction, une habitude du cynisme. Et au milieu, le groupe encombré, peut-être maladroit, de ceux qui essaient de faire ».

« Bâtissons ensemble cet agenda de réconciliation avec nos opinions publiques, notre jeunesse, nos entreprises, les investisseurs (…) et changeons dès à présent nos habitudes de consommateurs, de producteurs, d’investisseurs et de citoyens », a demandé le président français, qui a fait de l’écologie une priorité de la seconde moitié de son quinquennat.

« Rester dans ce tandem de la dénonciation et de l’inaction ne mènera à rien, je crois très profondément que le courage de la responsabilité est de dire qu’il y a des choses que nous pouvons faire tout de suite, d’autres qui vont prendre du temps », a-t-il poursuivi.

« Nous avons des peuples qui vivent dans des habitations pas parfaitement isolées et qui doivent se déplacer et polluent en se déplaçant. Nous ne devons pas les culpabiliser mais les aider à changer », a-t-il insisté.

« Cet agenda de réconciliation, c’est ce que je veux mener en France, ce que nous devons bâtir en Europe et que nous devons construire ici », a-t-il martelé.

Il y a un mois il déclarait sur le média Konbini avoir eu une prise de conscience sur l’écologie grâce aux manifestations des jeunes. « J’ai changé, très profondément. Le mouvement de la jeunesse, pendant des mois, et qui continue, m’a fait réfléchir », avait-il dit.

© AFP

4 commentaires

Ecrire un commentaire

  • Il va bien falloir comme le préconise notre président que nous changieons dès à présent nos habitudes de consommateurs, de producteurs, d’investisseurs et de citoyens. Ce qui m’inquiète est le fait que dans les actions prisent jusqu’à présent je ne vois pas grand chose sur le fond de bien significatif qui aille dans le bon sens. Ceci alors que GoodPlanet laisse entendre que le président français aurait fait de l’écologie une priorité de la seconde moitié de son quinquennat.

    Faire preuve de responsabilité me semble plutôt être d’expliquer la nature des actions qu’il va falloir prendre dès à présent et plus tard, de les programmer dans le temps en les détaillants. Ceci plutot que de dire qu’il y a des « choses » que nous pouvons faire tout de suite, d’autres qui vont prendre du temps »

    Quoi qu’il en soit dans l’immédiat et comme je l’ai souvent dit dans GoodPlanet le maillon manquant me semble bien être l’enseignement

    A ce sujet et bien qu’en retraite Jean-François Magnani ancien patron de la société Towler puis de la société Oilgear-Towler a décidé de continuer encore un peu en assurant la formation des jeunes au niveau de la thermique des fluides

    Compte tenu de la situation actuelle au niveau du climat et vu qu’il est aussi mon ancien patron nous avons d’un commun accord decidés que j’allais adopter une attitude comparable à la sienne en assurant la formation des moins jeunes en région parisienne dans le domaine de la thermodynamique et de la conservation de l’énergie

    j’ai en effet l’intention d’expliquer en région parisienne début 2020 dans le cadre de ces deux technologies la vision de la transition énergétique qu’il me semble souhaitable de retenir pour aller dans le sens de l’atténuation climatique plutôt que de son aggravation.

    Ceci en :

    – ménageant à la fois le budget de l’État et celui du contribuable

    – préservant mieux nos écosystèmes et notre santé.

    Le fichier correspondant sera divulgué gratuitement sur internet après la réunion à l’EISF comme cela a été fait après ma première réunion à l’APPEM aux sources de la Loire

    • sophie

    Vue l’ urgence, E.Macron a raison et je regrette que les EELV, Greenpeace, Alternatiba et autres ne soient QUE dans des postures de critiques, dénigrement, déni voire insultes, etc… face aux actions du gouvernement.
    C’ est de coopération dont nous avons tous besoin, pas de combat des chefs et des sous-chefs

      • sorlekua

      Macron = roi du bla-bla, il est faux de dire que les différentes assos et ONG ne font que critiquer alors qu’au contraire, à l’instar d’Alternatiba, les solutions sont montrées et démontrées.
      Il n’y a qu’à voir les dernières initiatives de ce gouvernement sous influence de lobbys puissants pour se rendre compte qu’ils font le contraire, simple bon sens.
      Quant à sa prise de conscience, elle est bien tardive pour une personne si cultivée.
      Pour ma part, cela date de mon enfance, lorsqu’un jour je vis à la TV, un monsieur qui postulait face à giscard, avec devant lui une pomme et un verre d’eau et parlait de l’avenir, René Dumont, un visionnaire courageux et lucide, c’était en 1974.

Sydney, en pleine canicule, enregistre sa nuit de novembre la plus chaude

Lire l'article