Brésil: la déforestation de l’Amazonie a presque doublé en un an

amazonie, déforestation, brésil

Photo aérienne de la déforestation dans l'Etat brésilien d'Amazonas, prise le 22 septembre 2017. © AFP/Archives CARL DE SOUZA

La déforestation de l’Amazonie au Brésil a pratiquement doublé entre janvier-août et la même période de 2018, touchant 6.404,4 km2 supplémentaires au total (contre 3.336,7 km2), selon des données officielles provisoires fournies dimanche.

Cela représente une augmentation de 91,9%.

Rien que pour le mois d’août, 1.700,8 km2 ont disparu, moins qu’en juillet (où les chiffres avaient quadruplé), mais plus de trois fois plus qu’en août 2018 (526,5 km2) selon le système DETER d’alertes satellitaires de l’Institut national pour les investigations spatiales (INPE).

La déforestation s’est emballée ces quatre derniers mois : 738,2 km2 en mai, 936,3 km2 en juin, 2.255,4 km2 en juillet et désormais 1.700,8 km2 en août.

Les experts estiment que le chiffre de 10.000 km2 pourrait être atteint cette année pour la première fois depuis 2008.

Spécialistes et défenseurs de l’environnement expliquent cet accroissement de la déforestation par la pression des forestiers et des éleveurs encouragés par le soutien du président brésilien, Jair Bolsonaro, à l’ouverture de réserves indigènes et de zones protégées pour développer ces activités ainsi que les prospections minières.

Selon les experts, il devrait y avoir en septembre davantage de foyers d’incendie dans la région amazonienne car « le pic de la déforestation a lieu en juillet et celui des incendies en septembre », a relevé Ane Alencar, la directrice scientifique de l’Institut pour les enquêtes environnementales en Amazonie (IPAM).

© AFP

4 commentaires

Ecrire un commentaire

    • ANNE

    C’est tout simplement scandaleux. La Terre nous appartient à tous, à la fois oui et non, puisque nous l’empruntons aux générations futures. Mais quoi qu’il en soit, ce n’est pas parce que un pays occupe la forêt amazonienne qu’il doit avoir tous les droits. Cette forêt est un bien unique. Elle détient des espèces qui sans doute, ne sont même pas encore découvertes. Elle héberge des peuples qui ont un savoir qui pourrait bien dépasser celui des gens dits civilisés.
    Je suis triste, ce monde devient fou. C’est scandaleux, je ne sais quoi dire d’autre.

    • Michel CERF

    C’est vrai , ce monde est désespérant et l’on se sent impuissant face à cette folie humaine .

  • ll faut changer notre mode de vie : marcher le plus possible, réduire sa consommation de viande de moitié et ensuite privilégier la viande blanche au lieu de la rouge. s’assurer d’un élevage en liberté (poules, cochons, volailles…) ne pas hésiter à payer plus cher pour mieux manger. (il suffit de réduire la quantité d’achats nocifs pour pouvoir acheter la meilleure qualité) et par la suite si beaucoup de gens pouvait se permettre de créer leur propre potager, on serait moins dépendant de ce système-tueur.(ex le steak haché de la société SEB filiale du brésil ! ! ça en dit long)

    • Michel CERF

    Absolument , c’est le bon sens .

Le zoo de Belgrade marque ses 83 années avec Muja, le plus vieil alligator en captivité

Lire l'article