Sécheresse et déforestation au Brésil : incendies en hausse de 83 %

bresil incendies

Les feux de forêt au Brésil ont augmenté de 83% depuis le début 2019, par rapport à l'année précédente, notamment en Amazonie en raison de la déforestation et de la sécheresse © AFP/Archives RAPHAEL ALVES

Sao Paulo (AFP) – Les feux de forêt au Brésil ont augmenté de 83% depuis le début 2019, par rapport à l’année précédente, notamment en Amazonie en raison de la déforestation et de la sécheresse.

Entre janvier et août, 72.843 départs de feu ont été enregistrés dans le pays, contre 39.759 sur la totalité de l’année 2018, selon des chiffres de l’Institut national de recherche spatiale (INPE) qui observe notamment l’évolution de la forêt au Brésil.

Cette augmentation fait suite à deux années consécutives de baisse et il s’agit d’un plus haut depuis 2013, selon l’INPE qui utilise des données par satellite actualisées en temps réel.

Les incendies ont été les plus nombreux dans les Etats occupés en totalité ou partiellement par la forêt amazonienne. L’Etat le plus touché est le Mato Grosso (centre-ouest), avec 13.682 départs de feu, soit une hausse de 87% par rapport à toute l’année 2018.

Les feux en Amazonie sont notamment provoqués par les défrichements par brûlis utilisés pour transformer des aires forestières en zones de culture et d’élevage ou pour nettoyer des zones déjà déforestées, généralement pendant la saison sèche qui s’achève dans deux mois.

« Ce à quoi nous assistons est la conséquence de l’augmentation de la déforestation révélée par les chiffres récents », analyse Ricardo Mello, du programme Amazonie du Fond Mondial pour la Nature-Brésil.

Selon l’INPE, la déforestation en juillet a été quasiment quatre fois supérieure au même mois de 2018.

Ces chiffres ont été remis en cause par le président d’extrême droite, Jair Bolsonaro, féroce critique des politiques de protection de l’environnement, qui a limogé Ricardo Galvao, son président, l’accusant de mentir et de nuire à l’image du Brésil.

Interrogé mardi par l’AFP sur cette forte hausse des incendies, le ministre de l’Environnement, Ricardo Salles, a indiqué que « le gouvernement a(vait) mobilisé tous les effectifs des secouristes et tous les avions » de lutte contre les incendies, « qui sont désormais à pied d’oeuvre avec les gouvernements régionaux ».

En Amérique du Sud, le Brésil est le pays le plus touché par les feux de forêt en 2019, suivi par le Venezuela (26.453) et la Bolivie (16.101).

© AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Meryl Pinque

    A quand un sursaut citoyen réel vers une alimentation 100 % végétale ?
    Les non-végans sont responsables de ces horreurs. C’est pour leur fournir les produits d’origine animale qu’ils demandent qu’on exploite et massacre les animaux, qu’on déforeste et qu’on incendie les forêts.

  • Ce n’est pas faire du catastrophisme de dire que l’apparition de vents violents pourraient engendrer un embrasement de la plus grande forêt mondiale: la foret amazonienne.

    Ceci particulièrement par le fait des dérèglements climatiques actuels avec des vents survenant après une sécheresse et une canicule prolongées augmentant l’évaporation pendant une trop longue période. Cela particulierement si les departs de feux provoqués par les défrichements par brûlis se font en fin de saison sèche .

Virginie Duvat : « l’augmentation lente mais continue du niveau marin de base va se poursuivre lentement durant des siècles quoi qu’on fasse »

Lire l'article