Pesticides : Borne annonce des propositions « très prochainement » pour mieux protéger les habitants

pesticides borne

Un agriculteur pulvérise des produits phytosanitaires dans un champ de Méteren, dans le nord de la France, le 7 août 2017 © AFP/Archives PHILIPPE HUGUEN

Paris (AFP) – Le gouvernement fera « très prochainement » des propositions pour « mieux protéger » les habitants des épandages de pesticides, a déclaré mercredi la ministre de l’Ecologie Elisabeth Borne, alors qu’un arrêté sur le sujet d’un maire d’Ille-et-Vilaine sera examiné jeudi par la justice administrative.

« On a un travail qui est en cours, et qui fera l’objet d’une concertation très prochainement, sur la façon dont on protège mieux les riverains sur les épandages de pesticides », a déclaré la ministre sur RTL.

Le maire de Langouët (Ille-et-Vilaine), commune de 602 habitants, comparaît jeudi devant le tribunal administratif de Rennes pour avoir pris en mai un arrêté interdisant l’usage de pesticides près des habitations afin de « protéger la santé » de ses administrés.

Attaqué par la préfecture, l’arrêté du 18 mai interdit l’utilisation de produits phytopharmaceutiques « à une distance inférieure à 150 mètres de toute parcelle cadastrale comprenant un bâtiment à usage d’habitation ou professionnel ».

« Le maire a raison sur un point: il faut mieux protéger les habitants quand on a des épandages de pesticides » mais « chacun ne peut pas définir ses règles comme ça, dans son coin », a commenté Elisabeth Borne.

© AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Michel CERF

    Pour protéger la santé il n’y a qu’une seule solution : INTERDIRE LES PESTICIDES .

    • Wibart

    Je crois que c’est à ceux qui ont découvert des pesticides dans leur sang à porter plainte pour atteinte à la vie d’autrui. Quand on est borné au point de ne pas voir qu’ils sont mortels et que quand on se refuse à trouver des alternatives propres on doit assumer en justice les conséquences de ses actes. C’est un acte criminel de répandre du poison volontairement.

Un rapport de l'ONU demande la réaffectation de 470 milliards de dollars de subventions agricoles qui nuisent aux prix des denrées et nous éloignent des objectifs environnementaux et sociaux

Lire l'article