Jour du Dépassement, tous les articles sur le sujet. Si tout le monde vivait comme vous, combien de planètes faudrait-il ?

G20 : accord sur la pollution plastique des milieux marins

Les pays du G20 devraient parvenir à un accord pour réduire les déchets plastiques en milieu marin lors d'une réunion dimanche 16 juin 2019 au Japon © AFP/Archives JOSEPH EID

Les pays du G20 devraient parvenir à un accord pour réduire les déchets plastiques en milieu marin lors d'une réunion dimanche 16 juin 2019 au Japon © AFP/Archives JOSEPH EID

Tokyo (AFP) – Les pays du G20 sont parvenus à un accord de réduction des déchets plastiques en milieu marin lors d’une réunion dimanche au Japon, où ils ont également discuté de l’attaque de navires pétroliers dans le Golfe d’Oman.

D’après cet accord, les membres du G20 se sont engagés à réduire les déchets plastiques mais ont donné peu de détails sur la manière de s’y prendre.

« C’est formidable que nous ayons réussi à concevoir des règles pour tous, y compris les pays émergents et en développement », s’est félicité le ministre japonais de l’Environnement Yoshiaki Harada à l’issue d’une réunion de deux jours des ministres de l’Environnement du G20.

Les mesures seraient volontaires et les progrès seraient publiés une fois par an, d’après les médias locaux.

La pollution plastique est devenue une préoccupation mondiale, particulièrement depuis les interdictions par la Chine et d’autres pays d’importer des déchets plastiques en provenance d’autres nations.

Beaucoup de pays dont le Japon, font depuis face à une accumulation de ces déchets sur leur territoire.

L’une des principales préoccupations porte sur la question des microplastiques, ces morceaux de plastiques dégradés, certains n’atteignant pas cinq millimètres, très difficiles à collecter. Ils ont tendance à absorber des produits chimiques dangereux et à s’accumuler dans l’organisme des poissons, oiseaux et autres animaux.

L’accord est le premier cadre international pour réduire la pollution plastique maritime.

C’est « un premier pas pour résoudre ce problème », a estimé Hiroaki Odachi, de Greenpeace Japon, dans un communiqué, soulignant cependant qu’il est « insuffisant de compter sur les actions volontaires des pays » pour résoudre cette crise.

« Des règles internationales contraignantes avec des calendriers et des objectifs clairs » sont nécessaires, comme ceux de l’accord de Paris sur le climat, a-t-il ajouté.

Sachant que seulement 9% des plastiques produits sont recyclés, les défenseurs de l’environnement affirment que la seule solution de long terme serait que les sociétés en fabriquent moins et que les consommateurs en utilisent moins.

Le ministre japonais de l’Industrie, Hiroshige Seko, qui co-préside les discussions avec M. Harada, a de son côté affirmé samedi que le Japon allait demander aux entreprises de facturer les sacs en plastique jetables dès avril, une mesure déjà adoptée par plusieurs pays, certains dont la France les ayant interdits.

M. Seko a par ailleurs souligné que Tokyo « surveillait avec inquiétude les attaques sur des pétroliers ».

« Du point de vue de la sécurité énergétique mondiale, il est nécessaire que la communauté internationale réagisse de manière conjointe à ces actes », a-t-il conclu lors de la réunion.

© AFP

À lire également : Au menu, 5 grammes de plastique par semaine

 

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Claude Renaud

    Encore un effet d’annonce et un accord bidon. Les océans sont pollués et plastifiés pour longtemps.
    Les milliards de tonnes de plastique qui y sont déjà y resterons encore quelques siècles, nous continuons d’en rajouter et nous continuerons dans les décennies à venir, parce que nous n’avons pas le choix. Il faut bien se mettre dans la tête, que depuis 60 ans nous fabriquons un matériau, certes très utile, mais dont nous ne savons pas nous débarrasser. Et aujourd’hui, nous sommes très étonnés de voir la mer se remplir de cette saloperie.
    Le mal est fait et nous n’avons plus que nos yeux pour pleurer, parce que nous n’y pouvons rien.
    Outre les milliards de tonnes déjà dans les océans, nous en avons autant en réserve à terre, dans les
    montagnes de déchets réparties un peu partout dans le monde.
    Et pire, nous continuons d’en fabriquer des centaines de millions de tonnes chaque année.
    C’est dire que le génocide est flagrant !!!

      • SCANGA

      Qui sont les victimes présentes et à venir des pollutions en tous genres ? Nous, les humains, aussi tout ce qui vit sur terre, dans les cours d’eau, dans toutes les mers du globe.

    • Michel CERF

    les mesures volontaires sont rarement suivies d’effet , seule la contrainte peu aboutir à un résultat qui de toute façon sera minime vu l’étendu du désastre , par ailleurs le Japon continue de massacrer les baleines dont l’espèce ne sera bientôt plus qu’un souvenir .