Quel legs pour les siècles à venir ? Matières et déchets radioactifs en débat

matieres radioactives

Une piscine de refroidissement pour combutibles nucléaires, le 22 novembre 2018 à la Hague, dans la Manche © AFP/Archives KENZO TRIBOUILLARD

Paris (AFP) – Enfouissement, entreposage en piscine ou à sec… Au-delà des controverses techniques, le débat sur la gestion des matières et déchets radioactifs, qui commence mercredi, relève aussi de choix de société: quel héritage voulons-nous laisser aux générations futures ?

Face à un sujet compliqué qui reflète le clivage entre pro et anti-nucléaire dans un pays qui possède le deuxième parc de réacteurs au monde, le débat public du 17 avril au 25 septembre ne se limitera pas aux questions techniques.

« Nous voulons donner une dimension plus complète du sujet, voir derrière ce que ça signifie pour la société », explique à l’AFP Isabelle Harel-Dutirou, présidente de la commission qui l’organise.

Témoin de ce choix, un logo où des mains stylisées colorées se dressent vers des fûts jaunes frappés du « trèfle » noir symbole de radioactivité.

Ces mains représentent la demande de parole mais aussi les marques laissées par l’Homme dans les grottes préhistoriques. Parce que « l’un des sujets profonds de ce débat est la question d’éthique, de transmission, la question de la gestion des déchets sur du très long terme », justifie Mme Harel-Dutirou.

Très long terme surtout pour les déchets de haute activité et ceux de moyenne activité à vie longue, radioactifs jusqu’à plusieurs centaines de milliers d’années.

Il n’existe aujourd’hui aucun centre de stockage de ces déchets les plus dangereux.

Mais depuis 2006, une loi a fait le choix d’un stockage géologique profond ayant donné naissance au très controversé projet d’enfouissement Cigéo, à Bure (Meuse).

« Aujourd’hui, nous sommes contre l’enfouissement parce qu’on n’est pas convaincu sur la géologie, sur la façon d’exploiter, et surtout sur la réversibilité » promise jusqu’à la fermeture du site vers 2150, commente Yannick Rousselet, de l’ONG Greenpeace, qui prône un entreposage à sec juste sous la surface en attendant des avancées de la science vers une meilleure solution pérenne.

« L’argument qui dit +la science nous sauvera dans 20 ans+, c’est beau, je voudrais bien y croire, mais ça ne nous semble pas responsable de ne rien faire », répond Soraya Thabet, directrice sûreté à l’Andra qui gère ce projet.

« Cigéo, c’est fondamentalement un choix éthique: considérer qu’on ne doit pas laisser aux générations futures le fait de se préoccuper des déchets d’aujourd’hui ».

Certains espèrent que le débat puisse remettre en cause le choix de l’enfouissement profond. Le dossier du ministère de la Transition écologique et de l’Autorité de sûreté nucléaire — maîtres d’ouvrage du 5e Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR) qui en découlera– parle lui de sa « mise en oeuvre », dans le respect du principe de réversibilité.

Le Plan 2019-2021, qui a pris du retard notamment dans l’attente de la feuille de route énergétique de la France prévoyant la réduction des capacités nucléaires avec la fermeture de 14 réacteurs d’ici 2035, se penchera également sur la question des combustibles usés entreposés dans les piscines de refroidissement des centrales et à La Hague.

Greenpeace, qui a décidé de participer au débat contrairement par exemple au Réseau Sortir du nucléaire, les considèrent comme déchets, alors qu’ils sont classés comme matières susceptibles d’être réutilisées, la France ayant fait le choix du retraitement.

« Vouloir imposer que ces matières soient des déchets, c’est tout simplement créer une incitation à ce qu’on ne développe pas la 4e génération », répond Sylvain Granger, responsable de la gestion des déchets chez EDF, en référence notamment à la possible réutilisation des combustibles MOX dans des réacteurs de 4e génération, pas au stade du développement à ce jour.

Une autre controverse concerne l’entreposage sous eau, choisi par EDF et Orano (ex-Areva), mais dénoncé aussi par Greenpeace qui juge les piscines « vulnérables » aux attaques extérieures.

Pour éclairer le débat auxquels les citoyens pourront participer lors de réunions publiques ou sur le site internet pngmdr.debatpublic.fr, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) doit rendre dans quelques semaines deux expertises: une sur les capacités d’entreposage alors que La Hague risque d’arriver à saturation d’ici 2030, et un état des lieux des recherches et solutions en matière d’entreposage et de stockage.

Est attendu aussi, pour juillet, un rapport de la Cour des comptes sur le financement du cycle du combustible.

© AFP

3 commentaires

Ecrire un commentaire

  • On fait et après on se pose la question des déchets ! N’oubliez pas, êtres humains vs êtes en train de faire pareil avec les batteries des voitures électriques ! Pouah ! Bandes d’inconscients et après vs jouez les hypocrites auprès de vos enfants. http://enigme-de-patricia.over-blog.com/2019/03/diesel-vs-electrique-giquelafrance.html Au lieu de toujours procrastiner en disant on verra il n’y a pas le feu et bien si il y a le feu il n’y a qu’à voir on n’est même pas fichu de protéger NDP avec toute la technologie dont on dispose ? La durée de vie d’un humain allez on va dire 100 ans la durée de vie des déchets 100 000 ans en gros ! Et on se pose la question bon va peut être falloir déménager sur Mars les GI ! Avec les GJ SVP . Bref l’être humain se prend pour « superradioactif » une nouveau comique ! Il est temps de changer de comportement si ce n’est qu’il est surement déjà trop tard lisez L’ADN de Patricia j’ai la solution pour changer tout ça ! A vous de voir pour ce qui me concerne il ne me reste plus beaucoup de temps et la fusée électrique pour Mars n’a pas de batterie longue durée.
    #giquelafrance

    • Claude Renaud

    Avec une fin du siècle à + 5 degrés, la vie sur terre va devenir très difficile.
    Alors, pour les siècles à venir ???

    • Remettre l’énergie thermique sur terre à la place qu’elle n’aurait jamais dû perdre c’est-à-dire le « devant de la scène » permettrait de réduire significativement les émissions de gaz à effet de serre et d’atténuer le réchauffement climatique.

      Je vais faire une réunion début août 2019 aux sources de la Loire sur ce sujet sous la supervision de l’APPEM et vous êtes cordialement invités, particulierement les membres de l’AIFCK les internationaux de canoë-kayak. (Ceci dans la limite des places disponibles )

      En tant que membre de cette association je considère en effet que la dépendance actuelle de la Rivière à l’énergie n’est pas la bonne ou du moins pourrait être considérablement améliorée

L’hydrogène sera vraiment révolutionnaire si il est produit à partir des renouvelables

Lire l'article