Des résidus radioactifs dans les glaciers

radioactivité glace

Sur plusieurs des sites étudiés, les chercheurs ont retrouvé des traces d'essais militaires d'armes nucléaires © AFP/Archives PHILIPPE DESMAZES

Vienne (AFP) – Des retombées radioactives d’accidents nucléaires civils et d’essais militaires sont emprisonnées dans les glaciers à travers le monde, selon des chercheurs qui s’inquiètent que ces résidus soient libérés par la fonte des glaces liée au réchauffement climatique.

Une équipe internationale de scientifiques a cherché la présence de retombées radioactives dans les sédiments à la surface de glaciers dans l’Arctique, en Islande, dans les Alpes, le Caucase, l’Antarctique et l’ouest du Canada.

Et ils ont découvert des résidus radioactifs sur les 17 sites étudiés, souvent à des concentrations au moins 10 fois supérieures aux niveaux relevés ailleurs.

« Ce sont les niveaux les plus élevés mesurés dans l’environnement en dehors des zones d’exclusion nucléaires », a expliqué Caroline Clason, de l’université de Plymouth.

Quand des éléments radioactifs sont relâchés dans l’atmosphère, ils retombent sur terre par des pluies acides, et peuvent être absorbés par les plantes et le sol.

Mais quand ils tombent sous forme de neige et s’installent sur la glace, ils forment des sédiments plus lourds, qui s’accumulent dans les glaciers.

L’accident de Tchernobyl en 1986 avait provoqué des nuages radioactifs contenant notamment du césium, entraînant des pluies acides et des contaminations à travers l’Europe du Nord.

« Quand (les éléments radioactifs) retombent sous forme de pluie, comme après Tchernobyl, ils s’évacuent, c’est un événement ponctuel. Mais sous forme de neige, cela reste dans la glace pendant des décennies, et avec la fonte des glaciers liée au réchauffement, ils se déversent dans les rivières », poursuit la chercheuse.

Son équipe a détecté quelques résidus de Fukushima, mais une grande partie des éléments issus de cet accident de 2011 ne se sont pas encore agglutinés dans les sédiments des glaciers, note-t-elle.

Sur plusieurs des sites, les chercheurs ont également retrouvé des traces d’essais militaires d’armes nucléaires.

« Nous parlons de tests militaires à partir des années 1950 et 1960, pendant le développement de la bombe », indique Caroline Clason.

« En étudiant une carotte de sédiments, nous voyons clairement un pic au moment de Tchernobyl, mais aussi un pic relativement précis autour de 1963, période intense d’essais nucléaires ».

Avec le réchauffement et la fonte, elle s’inquiète particulièrement de l’entrée dans la chaîne alimentaire d’un des résidus potentiellement les plus dangereux, l’américium, issu de la dégradation du plutonium et qui a une demi-vie de 400 ans (contre 14 ans pour le plutonium).

« L’américium est plus soluble dans l’environnement et émet plus de radiations alpha », souligne-t-elle. Et même s’il existe peu de données sur la contamination de la chaîne alimentaire, éventuellement jusqu’à l’Homme, l’américium est sans aucun doute pour la chercheuse « particulièrement dangereux ».

Cette activité nucléaire pourrait aussi devenir un des marqueurs de l’anthropocène, l’ère géologique nouvelle générée par l’arrivée des humains sur Terre. « Cela prouve que notre héritage nucléaire ne disparaît pas, il est toujours là », résume Caroline Clason.

© AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

  • les propos de Caroline Clason sont très importants

    Ils mettent en évidence il n’y a pas que l’air qui véhicule la radioactivité.

    Ceci dans la mesure où l’eau, avec son cycle naturel évaporation à la surface des océans et condensation sur nos montagnes fait la même chose en emportant dans la haute atmosphère et dans la vapeur d’eau non seulement le gaz carbonique plus lourd que l’air qui s’accumule à la surface des océans (avec les graves conséquences sur le climat que l’on connaît maintenant) mais aussi la radioactivité contenue dans les roches profondes. Voir

    http://infoenergie.eu/riv+ener/formes-energie.htm

    Cela est d’ailleurs une raison importante qui fait que la France en stockant ses déchets radioactifs issus de ses 50 centrales nucléaires près des rivières est sur la mauvaise voie.

    Homo sapiens ferait bien de prendre un peu plus en compte que son d’intérêt est de laisser dans le sous-sol profond non seulement le carbone qu’il contient mais également la radioactivité.

    Il ferait bien aussi de réaliser dans le cadre de la transition écologique qu’il est possible grâce aux échangeurs à plaques de prélever la chaleur incluse dans l’eau chaude des nappes captives profondes en y laissant la radioactivité qu’elle contient

  • Bonjour,

    Merci pour cette alerte. J’ai cependant relevé cette erreur manifeste au sujet de la demi-vie des isotopes du Plutonium, indiquée être de 14 ans ???. Or, selon Wikipédia « On connaît une vingtaine d’isotopes du plutonium. Le plutonium 244 présente la demi-vie la plus longue, avec 80,8 millions d’années, suivi par le plutonium 242, avec 373 300 ans, et le plutonium 239, avec 24 110 ans. Tous les autres isotopes du plutonium ont une demi-vie inférieure à 7 000 ans. »

Histoires de Nature, un programme de sciences participatives original et ouvert à tous pour collecter les témoignages des changements environnementaux

Lire l'article