Jour du Dépassement, tous les articles sur le sujet. Si tout le monde vivait comme vous, combien de planètes faudrait-il ?

En Afrique de l’Est, Macron appelle à placer l’environnement au cœur de l’économie

macron ecologie economie afrique de l'est

Le président Emmanuel Macron (2e d) et le président kényan Uhuru Kenyatta (c), lors du "One Planet Summit", le 14 mars 2019 à Nairobi, au Kenya © AFP Ludovic MARIN

Nairobi (AFP) – Emmanuel Macron a coprésidé jeudi le « One Planet Summit » à Nairobi et appelé à placer l’environnement au coeur des choix économiques, au dernier jour d’une tournée en Afrique de l’Est au cours de laquelle il a prôné des « partenariats respectueux » avec les pays de la région.

Opposant l’approche française à celle de la Chine, qui multiplie les investissements à grande échelle en Afrique de l’Est, le président français a également supervisé, lors de cette visite de trois jours à Djibouti, en Ethiopie et au Kenya, la conclusion d’accords commerciaux et culturels dans cette région où la France a des atouts, mais qu’elle a largement délaissée.

« Je ne crois ni au camp des désespérés ni au camp des cyniques. Je suis dans le camp des déterminés. Il faut remettre au cœur de l’économie de marché la place de l’environnement et de la biodiversité », a lancé M. Macron à la clôture du « One Planet Summit », qui mobilise grandes entreprises et institutions, et qu’il copréside avec son homologue kényan Uhuru Kenyatta.

Applaudi à l’international pour son engagement sur le climat, Emmanuel Macron est en revanche accusé d’inaction en France dans ce domaine.

Des ONG à l’origine d’une pétition qui a recueilli plus de deux millions de signatures en France viennent de déposer un recours en justice contre l’État français pour « manquements » à son obligation d’action contre le réchauffement climatique.

Jeudi, le président français a annoncé une hausse de sa contribution aux projets de l’Alliance Solaire internationale et recommandé une simplification du système de primes à la conversion des véhicules en France. « Lutter contre le changement climatique c’est changer d’habitudes. C’est très compliqué de changer d’habitudes, les gens détestent ça », a-t-il dit.

Durant son périple au cours duquel il a rencontré ses homologues locaux, M. Macron a vanté les accords « respectueux » que la France est selon lui en mesure de proposer. Une critique à peine voilée contre les conditions posées par Pékin pour construire des infrastructures en Afrique, en Asie et en Europe.

La Chine finance de grands projets mais avec des clauses d’endettement contre capital (debt-for-equity) qui lui permettraient à terme de détenir des ports, des voies ferrées, des autoroutes…

« C’est une bonne chose que la Chine participe au développement de nombreux pays, mais je crois à l’esprit d’équilibre, de réciprocité. Les équilibres supposent le respect des souverainetés, des peuples », a déclaré mercredi le chef de l’État.

Jeudi, il a formulé une nouvelle attaque voilée lors du « One Planet Summit », s’en prenant aux centrales à charbon construites par la Chine en Afrique: « Tous ceux qui vous disent qu’il faut de grands réseaux centralisés, des grandes centrales à charbon, vous mentent et vous conduisent vers le pire, ce n’est pas le bon modèle pour l’énergie en l’Afrique ».

Dans la nuit de mercredi à jeudi, la France et le Kenya ont conclu des contrats d’un total d’environ 2 milliards d’euros pour les entreprises françaises, à l’occasion de la première visite d’un président français dans ce pays, locomotive économique de l’Afrique de l’Est. Ces contrats sont une percée importante pour les groupes français au Kenya, pour l’instant partenaire commercial mineur de la France.

Le plus important est un contrat d’1,6 milliard d’euros sur 30 ans pour Vinci et le fonds français Meridiam pour construire et exploiter une autoroute partant de Nairobi vers le nord-ouest jusqu’à Mau Summit, au-delà de la ville de Nakuru, un des axes routiers les plus importants du Kenya.

Le groupe Transdev a par ailleurs conclu un protocole d’accord pour une navette ferroviaire entre la gare de Nairobi et l’aéroport international Jomo Kenyatta.

Mardi à Djibouti, ancienne colonie française nichée à l’entrée de la mer Rouge sur une des routes maritimes les plus empruntées au monde, M. Macron a visité la plus importante base militaire française à l’étranger.

En Ethiopie, il a promis de financer et accompagner le travail de protection des églises rupestres de Lalibela, un joyau menacé inscrit au patrimoine mondial.

Un modèle de la « diplomatie culturelle à laquelle je crois », a dit M. Macron, qui a également annoncé un accord-cadre de défense pour « un accompagnement spécifique de la France » sur la mise en place d’une marine éthiopienne, dans un pays qui n’a pas accès à la mer.

© AFP

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • zamicel

    Oui mais pas en France alors que cela sauverait notre économie et notre terre :
    La pollution
    « On manque d’emplois, d’emplois correctement rémunérés, de meilleurs salaires, de meilleur qualification, de nouvelles branches de travail en France. Il faut de nouveaux axes de développement. Et justement toutes les technologies qui sont liées au changement climatique, pour luter contre et s’y adapter, pour la France cela nous ferait aller quasiment au plein emploi.
    – Le développement de ce secteur là du point de vu industriel permettrais de résoudre le problème de l’emploi : exit le manque de rentrées d’argent dues au chômage, l’argent dépensé pour soutenir ceux qui sont dans la souffrance, c’est un problème résolu en grande partie. On pourrait passer de déficitaire à bénéficiaire.
    – Le gain en qualité de vie pour les gens parce-qu’on aurait des emplois mieux qualifiés, mieux payés et plus durables parce que le problème de la pollution et du climat il y en a pour un bon moment.
    – Le gain en qualité de vie tout cour, c’est à dire les maisons, les équipements urbains, et l’organisation de notre vie de tous les jours.
    On a tout à y gagner. Tout ! Même la France avec son chômage structurel monumental, nous pourrions quasiment arriver à un stade de plein emploi. Mais … il faut que les industriels comprennent que c’est précisément leur intérêt de s’y mettre. Cette mise en toute passe par l’adaptation des industriels, donc il faut que eux comprennent tout l’argent qu’ils peuvent se faire avec ça. Le changement de logiciel se fera par l’apétance pécuniaire des industriels. Mais tant que eux ne comprendront pas le fric de dingue qu’ils peuvent se faire, cela ne bougera pas. »
    https://youtu.be/-WumprQON9I?t=1507

En Sibérie, le changement climatique déchaîne les feux de forêts

Lire l'article

Grèce : les pompiers bataillent contre deux incendies préoccupants à Olympie et Eubée

Lire l'article