USA : un gouverneur Jay Inslee candidat à la présidence avec l’environnement pour priorité

gouverneur ecolo usa vaicne le chzangement climatique jay Inslee

Jay Inslee le 9 juin 2018 à SeaTac, Washington © GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives Karen Ducey

Washington (AFP) – Le gouverneur démocrate de l’Etat de Washington, Jay Inslee, a annoncé vendredi qu’il se lançait dans la course à la présidentielle de 2020, avec pour objectif de « vaincre le changement climatique ».

M. Inslee, un responsable politique expérimenté de 68 ans, devient ainsi le dernier d’une longue liste de démocrates à s’être déclarés prêts à en découdre avec le républicain Donald Trump.

Dans une vidéo d’un peu plus d’une minute, de courts extraits le montrent parlant du changement climatique au fil des ans.

« Nous sommes la première génération à ressentir la douleur cinglante du changement climatique et nous sommes la dernière qui puisse faire quelque chose à ce sujet », lance-t-il aujourd’hui.

« Nous sommes allés sur la Lune et nous avons créé des technologies qui ont changé le monde. La prochaine mission de notre pays doit être de s’élever contre le défi le plus urgent de notre temps: vaincre le changement climatique », poursuit-il.

« Je suis en lice pour la présidence parce que je suis le seul candidat qui fera de la défaite du changement climatique la priorité numéro un de notre pays », dit le gouverneur qui a fait de son Etat du nord-ouest des Etats-Unis une laboratoire des politiques environnementales.

Les candidats se pressent déjà en nombre côté démocrate pour défier Donald Trump en 2020. Parmi eux figurent les sénatrices Elizabeth Warren et Kamala Harris, ainsi que Bernie Sanders, lui aussi sénateur, qui avait défié Hillary Clinton lors de la précédente primaire démocrate.

© AFP

7 commentaires

Ecrire un commentaire

    • jipebe29

    C’est un politicien dont l’idéologie a pris le pas sur son bon sens et sa raison. Il saurait qu’un changement climatique n’est pas une nouveauté : c’est ce qu’il fait depuis la nuit des temps…. S’il avait pris la peine de se renseigner, il saurait qu’il n’y a quasiment plus de réchauffement global depuis le début des années 2000, selon les mesures satellitaires UAH et au sol Hadcrut :
    http://www.woodfortrees.org/plot/uah6/from:2002/plot/uah6/from:2002/trend/plot/hadcrut4gl/from:2002/offset:-0.4
    La droite de tendance a une pente de +0,1°C/décennie, ce qui n’a rien d’alarmant. Il saurait aussi que ce plateau de température a lieu alors que, sur cette période depuis début 2000, il y a eu une inflation de nos émissions de CO2.

    • jipebe29

    La sensibilité climatique est l’augmentation de TMAG (température moyenne annuelle globale) pour un doublement du taux de CO2 atmosphérique. Elle était estimée de 4 à 6°C au début des années 2000. Depuis, il y a eu pas mal de publications scientifiques et l’estimation n’a cessé de baisser, selon 85 publications. Les toutes dernières publications l’estiment à +0,2°C (Smirnov et al). Florides et Christodoulides l’estiment à environ +0,02°C, soit quasiment non mesurable. Ils se basent sur le modèle adiabatique, qui est un modèle thermodynamique classique.

    http://notrickszone.com/2018/12/10/the-list-grows-now-85-scientific-papers-assert-co2-has-a-minuscule-effect-on-the-climate/

    Bien sûr, aucun politique, aucun média, aucune institution internationale (ONU, OMM, GIEC/IPCC, UE, …), aucun démocrate US, n’en pipe mot, car alors ce serait la fin du dogme du réchauffement climatique anthropique et des politiques climat-énergie associées. Ce serait alors « adieu veaux, vaches, cochons, couvées » pour tous ceux qui en profitent grassement, aux frais des ménages et des entreprises

  • Bonjour jipebe29

    Mon souhait est d’apaiser le conflit qui se prépare à-propos du climat et d’avancer avant que nos réserves d’énergie non renouvelables ne soient épuisées.

    Ceci afin de ne pas trop modifier notre modèle économique en profitant de l’argent du pétrole qui reste encore pour financer les investissements qui vont devenir nécessaires pour financer notre transition autant écologique qu’énergétique

    Il devrait être possible de comprendre ce que pourrait être notre forme d’action à partir du texte associé aux fichiers ci-dessous

    http://infoenergie.eu/riv+ener/argent-sale.htm

    http://infoenergie.eu/riv+ener/formes-energie.htm

    http://www.infoenergie.eu/riv+ener/source-energie/SWE.htm

    http://infoenergie.eu/riv+ener/Toujours+.htm

  • Le problème va être d’apaiser le conflit qui se prépare à-propos du climat.

    Ceci afin de ne pas retarder l’action et agir avant que nos réserves d’énergie non renouvelable ne soient épuisées.

    Ceci aussi afin de ne pas trop modifier notre modèle économique en profitant de l’argent du pétrole qui reste encore pour financer les investissements assurant notre transition autant écologique qu’énergétique

    Il devrait être possible de comprendre ce que pourrait être notre forme d’action à partir du texte associé aux fichiers ci-dessous

    http://infoenergie.eu/riv+ener/argent-sale.htm

    http://infoenergie.eu/riv+ener/formes-energie.htm

    http://www.infoenergie.eu/riv+ener/source-energie/SWE.htm

    http://infoenergie.eu/riv+ener/Toujours+.htm

    Une collaboration technique USA EUROPE revue et corrigée à l’occasion d’un changement de présidence permettrait de nous sortir du petrin

    • Hernan

    Comme Grossmann le dit: « il faut avancer ». Je n’arrive pas à cerner le message de Jipebe…

    • Claude Renaud

    Le message de jipebe est pourtant simple : pour lui, il n’y a pas de réchauffement climatique !!!
    D’ailleurs, je lui conseille d’aller voir un peu ce qui se passe en Antarctique, et de s’intéresser
    plus particulièrement au glacier Thwaites.

  • En ce qui me concerne j’ai interprété le message de jipebe29 comme étant un souhait de sa part de ne pas voir Homo sapiens se comporter comme les moutons de Panurge. Ceci pour l’inciter à réfléchir avant d’agir vu que les décisions hâtives sont souvent comme me l’a expliqué mon ami Georges génératrices de déceptions amères

    En voyant que l’incompréhension subsiste
    J’observe que vous avez pas vu les liens ci-dessus qui expliquent dans le détail ce que pourrait être la première Solar Water Economy

    Pour faire simple et éviter un long discours, il suffit de constater que le solaire en France c’est maintenant une production électrique annuelle plutôt supérieure à 100 kWh/m2.

    Ceci alors qu’avec une isolation à minima des bâtiments existants et des déperditions qui sont peut être le double (environ 200 kWh/m2) la consommation électrique annuelle moyenne pour le chauffage n’est plus que de 40 kWh/m2 avec une pompe à chaleur à compresseur échangeant sur l’eau et ayant un COP de 5.

    On constate que dans ces conditions, plus de la moitié de la production électrique produite par le panneau solaire est disponible disponible pour l’eau chaude sanitaire, la voiture hybride rechargeable, l’éclairage et l’électroménager. Et ceci sans qu’il soit nécessaire pour l’isolation du bâtiment existant de respecter la RT 2012

    L’explication ci-dessus peut sembler un peu sommaire il est vrai mais elle donne pourtant l’image de ce que pourrait être la première Solar Water Economy, celle de l’enthalpie.

    Pour la deuxième, celle de l’intermittence été hiver de l’énergie voltaique je vous renvoi vers

    http://infoenergie.eu/riv+ener/formes-energie.htm

    et le lien qui oriente vers les recommandations de Alain Obadia

Sous l’effet du réchauffement climatique, du méthane emprisonné dans les glaces arctiques libéré

Lire l'article