Le « ras-le-bol » des défenseurs du climat face à Rugy

Paris (AFP) – « Ras-le-bol », « du courage », « passer du bla bla aux actes »: des dizaines de signataires de la pétition pour un recours contre l’Etat pour « inaction climatique » ont fait entendre mercredi la « voix du climat » devant François de Rugy.

« On sait ce qu’il faut faire, mais quand est-ce qu’on commence? », lance Sarah, 26 ans, une des plus de 2,1 millions de signataires de la pétition l’Affaire du siècle.

Sous l’ovation de 175 signataires invités au ministère à dialoguer avec le ministre de la Transition écologique et ses secrétaires d’Etat, la jeune femme égrène ses 14 revendications prioritaires.

Il faut « déclarer l’état d’urgence climatique, c’est maintenant, c’est pas demain, c’est pas dans 10 ans », insiste-t-elle, avant d’évoquer l’inscription du climat dans la Constitution ou la création d’un crime d’écocide (destruction d’un écosystème).

Encouragés par François de Rugy à exposer leurs opinions et leurs propositions « pour que la voix du climat puisse s’exprimer », les participants plutôt jeunes ne s’en privent pas.

Tout y passe: transports, rénovation énergétique des bâtiments, développement de l’agriculture bio, énergies renouvelables, recyclage… Ils passent en revue tous les domaines dans lesquels selon eux le gouvernement ne fait pas assez pour limiter les émissions de gaz à effet de serre.

« Vous nous expliquez que vous en faites déjà beaucoup, que la France fait mieux que beaucoup d’autres, mais ce gouvernement semble se satisfaire de petits pas », dénonce une jeune femme.

« Cessez de nous mentir et de vous mentir », nous ne sommes pas à la hauteur des enjeux (..) Il est temps de passer du bla bla aux actes », pour les générations futures « qui nous demanderont des comptes », ajoute-t-elle.

Alors que la crise des « gilets jaunes » a parfois opposé « fin du monde » et « fin du mois », Céline, bénévole à ATD Quart Monde, souligne de son côté la vulnérabilité des personnes en grande précarité aux impacts du changement climatique, comme les canicules.

« Les plus précaires vous demandent de changer de cap, en prenant en compte les plus fragiles, c’est l’ensemble de la société qui en bénéficiera », ajoute-t-elle, la voix plein d’émotion.

« Vous avez 2 millions de personnes derrière vous aujourd’hui, vous avez peut-être pour une fois les moyens d’être ambitieux », interpelle un autre signataire.

« Si ce n’est pas vous, qui aura le courage de mener cette inflexion ? Est-ce que vous allez le laisser aux governements qui suivront, à nous les citoyens, ou encore pire aux plus jeunes dans cette salle ? »

« C’est une action de longue haleine, pour moi ce n’est pas l’opposition entre les petits pas et les grands pas (…) On est engagé dans une course de fond », répond François de Rugy, rejetant les accusations qualifiant ce débat d' »opération de communication ».

« Le but n’est pas de vous convaincre un par un », insiste-t-il, défendant l’action du gouvernement.

« Quant au courage, vous nous jugerez sur les actes », poursuit la secrétaire d’Etat Emmanuelle Wargon. « Mais je peux témoigner de la motivation et de la sincérité (des équipes ministérielles), les gens ici, ils y croient ».

« Plus vous nous dites +plus vite, plus fort+, plus on est armé dans le dialogue avec tout le monde, avec nos collègues au gouvernement, avec les parlementaires, avec les entreprises », ajoute-t-elle.

Les quatre ONG (Fondation Nicolas Hulot, Greenpeace France, Notre Affaire à Tous et Oxfam France) à l’origine de la pétition avaient adressé en décembre une requête préalable au gouvernement, accusant l’État de « carence fautive » par son « action défaillante » pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Déçues de la réponse du gouvernement qui a rejeté l’accusation d’inaction, elles ont annoncé qu’elles déposeraient leur recours devant le tribunal administratif de Paris le 14 mars.

Cette déception était partagée mercredi soir par des certains signataires présents au ministère. « Ne vous laissez pas faire, ils vous mentent », lance Martin Bonis, militant associatif parisien en quittant la salle avant la fin.

Après plus de deux heures de débat, quelques autres se lèvent, en prononçant chacun leur tour les mêmes mots: « Je ne suis pas dupe ».

© AFP

9 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Claude Renaud

    – Nos nouvelles technologies consomment de plus en plus d’énergie, de métaux rares et de terres rares.
    – Notre industrie automobile fabrique de plus en plus de voitures et de camions à grand renfort de publicité.
    – Notre industrie aéronautique, la fierté de la France, fabrique de plus en plus d’avions, qui transportent
    des milliards de passagers à travers le monde, ce qui favorise un tourisme de masse qui est une catastrophe pour les gaz à effet de serre et l’environnement, avec toujours plus de pistes d’atterrissage, plus d’hôtels, de piscines, de golfs, de location de 4X4 et d’hélicoptères, et de déchets
    en tous genres.
    – Et que dire des bateaux de croisière, une autre fierté de notre savoir-faire, qui déversent des flots de
    touristes bobos, dans les escales à la mode, comme Barcelone, Venise ou Dubrovnik?
    – Il y a une incitation permanente à tourner autour du monde, pour les industriels, les sportifs de haut
    niveau, les touristes de tous les milieux, même les plus modestes avec les Cies low-cost.
    Et tout ça, grâce au pétrole, dont nous extrayons 100 millions de barils par jour.
    Nous avons créé une machine monstrueuse qui va nous détruire, parce que nous avons oublié d’y
    installer un système de freinage.
    Si quelqu’un a une idée pour arrêter tout ça, sans faire trop de dégâts?
    Pour les gaz à effet de serre, il n’y a qu’une solution, laisser le pétrole et le charbon là où il sont.
    Mais après, on fait quoi?

      • jipebe29

      Personne ne sait ce que veut dire « gaz à effet de serre ». Dans une serre, les échanges de chaleur se font majoritairement par convection, alors que les modèles du GIEC sont essentiellement radiatifs. Il vaudrait mieux ne pas parler de gaz à effet de serre, ni de gaz émissif (la vapeur d’eau en fait partie) mais tout simplement de gaz carbonique ou de CO2. En effet, il y a, selon une publication des physiciens allemands Gerlich et Tscheuschner, plus de 30 définitions de l’effet de serre, toutes incompatibles entre elles.

      Pour vous rassurer, voici un lien vers des publications scientifiques qui ne sont vraiment pas en accord avec la doxa réchauffiste : http://notrickszone.com/2018/12/10/the-list-grows-now-85-scientific-papers-assert-co2-has-a-minuscule-effect-on-the-climate/

      Allez voir les articles sur la sensibilité climatique (augmentation de température pour un doublement du taux de CO2) : après avoir été estimée à +5°C au début des années 2000, elle est en diminution constante et est de l’ordre de +0,2°C : 2 x CO2=+0,2°C et 2 x CO2 (anthropique) = +0,02°C (Smirnov et al, 2018). Donc, il n’y a aucune raison de laisser dans le sol gaz, pétrole et charbon (pour ce dernier, construire des centrales hyper-supercritiques qui filtrent l’essentiel des polluants), et il n’y a aucune raison de croire que le CO2 a une action mesurable significative sur la TMAG (température moyenne annuelle globale). Evidemment, la diffusion grand public de ces informations serait catastrophique pour le dogme du Réchauffement Climatique Anthropique et toutes les politiques climat-énergie associées, et c’est pour cela qu’elles sont frappées d’omerta.

        • N Brice

        notrickzone n’est pas une source serieuse scientifiquement.

        donc votre commentaire n’a pas de valeur.

          • imotep

          La 1ère source sérieuse c’est le bon sens, la France émet 1% du CO2 anthropique planétaire, 90% c’est USA+Chine+Indes, avec une centrale thermique à charbon/semaine supplémentaire rien qu’en Chine , les émissions de CO2 en Chine vont croître à un rythme exponentiel, il est illusoire de penser qu’en créant des taxes carbone, on va faire baisser ce taux sur la planète, le CO2 est juste un prétexte pour taxer, taxer et encore taxer les contribuables et l’Europe prépare une nouvelle taxe CO2 pour les voitures aux péages des autoroutes, nos élus vont se jeter dessus car les radars cassés représentent une perte significative.

    • jipebe29

    Grâce au nucléaire et à l’hydraulique, notre bilan carbone est particulièrement vertueux. La Commission demande de réduire les émissions de CO2 ET de développer les EnR intermittentes, ce qui est incohérent. Si l’on réduit le nucléaire tout en augmentant les EnR intermittentes, éolien et solaire, alors notre bilan carbone va augmenter car, pour gérer l’intermittence en temps réel, il faut des centrales thermiques, qui dégagent du gaz satanique. La Commission n’a RIEN compris et elle confond objectifs et moyens. On voit ce que cela donne en Allemagne, qui est l’exemple à ne pas suivre, mais nos gouvernants, qui ne comprennent pas la problématique de production d’électricité, nous y mènent tout droit, sans état d’âme et sans se soucier des conséquences désastreuses pour le pouvoir d’achat des ménages et la compétitivité de nos entreprises.

    Quant à cette pétition, c’est du grand n’importe quoi de la part de personnes qui ne comprennent rien au climat et à l’énergie, et n’ont aucune idée des coûts pharaoniques que leurs oukases pourraient générer.

    • Réchauffement climatique ou pas lorsque nos réserves d’énergie non renouvelables seront épuisées, il faudra bien se remettre en cause si nous voulons satisfaire nos besoins en énergie thermique, électrique et mecanique

      Devant le conflit qui se prépare et plutôt que de revenir encore sur cette « Solar Water Economy, je pourrais proposer pour tenter d’avancer le texte associé au fichier ci-dessous

      http://infoenergie.eu/riv+ener/formes-energie.htm

      • imotep

      J’aurais pas dit mieux
      Enfin un commentaire sérieux, et de bon sens.

    • imotep

    Ouep, toutes ces marches pour le climat n’ont aucun sens, des jeunes manipulables et conditionnés qui réclament plus de taxes carbone car c’est pas eux qui les payent,
    la vidéo ci-dessous explique clairement les raisons du réchauffement et le CO2 n’en est pas la cause.
    https://www.youtube.com/watch?v=b6MKHlzoKqk

    • sophie

    Et RAS le BOL de ces gj protéiformes qui ont littéralement occulté la VAGUE VERTE en faisant régner une dictature du peuple peu reluisante.
    Les inégalités sociales et fiscales auraient été traitées « naturellement » par la VAGUE VERTE …beaucoup plus intelligemment, constructivement et pacifiquement que ne l’ ont fait les gj ( pas si malheureux que ça vu qu’ils sont dans un pays ultra solidaire socialement et un pays de nantis en comparaison à la majorité des autres pays ).
    Au lieu de laisser apparaitre et croitre la Vague Verte, les médias, politiques et autres bien pensants sont allés donner une écoute démesurée à ces jaunes fluo qui affabulent en grande partie et se croient tout permis… sûrement pas pour le bien de la Planète et de la France.
    Lamentable.

Inde : grâce aux évacuations, le cyclone n'a fait aucune victime selon les autorités

Lire l'article