Incendies en Australie, suivez la situation

La FAO met en garde contre le risque de pénurie alimentaire faute de biodiversité

FAO penurie alimentaire biodiversite

Un champ de maïs près d'Ahmedabad, en Inde, le 5 février 2019 © AFP/Archives SAM PANTHAKY

Rome (AFP) – La FAO met en garde, dans un rapport alarmant publié vendredi, sur le risque de pénurie alimentaire en raison de la diminution drastique de la biodiversité dans l’agriculture et l’alimentation.

Ce rapport, le premier de ce genre jamais réalisé par l’Organisation de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), « présente des preuves toujours plus nombreuses que la biodiversité qui est à la base de nos systèmes d’alimentation, à tous les niveaux, est en baisse à travers le monde ».

Des myriades d’organismes qui sont aussi à la base de la production agricole, comme certains insectes, voire micro-organismes, participent à cette biodiversité mais sont menacés. Tous les jours des espèces ou des plantes, qui ne pourront jamais êtres retrouvées, disparaissent, avertit ce rapport.

Or les productions agricoles qui manquent de diversité dans les cultures sont beaucoup plus vulnérables à des chocs comme des maladies ou des parasites que celles reposant sur davantage de biodiversité, assure la FAO.

Et de citer en exemple les conséquences dramatiques de la quasi disparition de la pomme de terre en Irlande au milieu du XIXème siècle, qui servait alors de nourriture de base aux paysans de l’île.

Depuis, les pratiques agricoles visant à favoriser la biodiversité ont certes progressé, mais il reste encore beaucoup à faire, selon la FAO, qui appelle les gouvernements à se saisir du problème.

L’organisation des Nations unies prend également plusieurs exemples pour illustrer l’importance de cette biodiversité des espèces et des cultures.

L’humanité cultive environ 6.000 plantes pour se nourrir mais, en réalité, seules 200 d’entre elles contribuent à remplir son assiette et neuf seulement représentent 66% de toutes les récoltes dans le monde.

L’organisation internationale souligne aussi que 75% des récoltes dans le monde dépendent de la pollinisation au moment où les colonies d’abeilles se font par exemple de plus en plus rares.

Géographiquement, c’est en Amérique latine et dans les Caraïbes que la biodiversité, très riche, est aussi la plus menacée, relève encore ce rapport.

© AFP

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Danièle Soler

    Si la SOLUTION (REALISABLE et URGENTE) ci-dessous n’est pas EGALEMENT mise en oeuvre sans tarder, au bout du compte l’ensemble des mesures ne sera qu’un COUP D’EPEE dans l’eau…

    Cette mise en oeuvre ne demande PAS d’investissement financier de votre part (je suis à votre disposition bénévole pour en détailler la mise en oeuvre).

    -=-=-=-=-=-=-Pollution et déforestation sont PROPORTIONNELLES au NOMBRE d’humains sur terre.

    Si nous commettons l’ERREUR d’attendre que les « responsables » politiques prennent les bonnes décisions, NOUS PERDRONS cette COURSE contre la MONTRE… Ce projet (2 pages CI-JOINTES) concerne:

    -d’une part des millions de FEMMES (grossesse non désirée = VIOLENCE),

    -d’autre part la santé de NOTRE PLANETE, donc l’avenir de NOS ENFANTS et petits-enfants.

    URGENCE de la mise en OEUVRE de ce projet: mettre la contraception (d.i.u. SANS hormone, efficacité 10 ANS : diu = dispositif intra-utérin = stérilet) à la portée de TOUTES les femmes de cette planète qui le souhaitent.

    —Projet : PLUS JAMAIS DE GROSSESSE SUBIE SUR NOTRE PLANETE — UNE COURSE CONTRE LA MONTRE — Comment lutter contre l’EXPLOSION démographique et ses nombreuses CONSEQUENCES

    Bien des SOUFFRANCES auraient pu être évitées si ce projet avait été mené à bien il y a plusieurs années par les «responsables» des différents pays… Il est peut-être encore temps… ATTENTION au point de non-retour! Pour aider :

    ——- les femmes,

    ——- les enfants déjà nés : une maman n’a que 2 bras, il n’y a que 24 h dans 1 journée, et le budget familial est peu extensible… (chaque enfant a le DROIT de faire des études s’il le souhaite),

    ——- notre planète : a) la déforestation et la pollution sont proportionnelles au NOMBRE D’HUMAINS (chaque SECONDE plus de QUATRE BEBES naissent sur notre planète, soit, chaque ANNEE, plus de 130 MILLIONS de naissances !);

    b) l’accumulation dans la nature des HORMONES CHIMIQUES (pilules, patch, etc. : ces produits chimiques ne font que traverser le corps des femmes ; RISQUE phlébite thrombose embolie pulmonaire) ainsi que d’autres perturbateurs ENDOCRINIENS ces dernières décennies a des conséquences DRAMATIQUES.

    Sans compter que la mutation pilule — diu sans hormone serait une bénédiction également pour la GESTION des assurances santé (donc pour L’AVENIR DE NOS ENFANTS et petits-enfants). Le calcul est facile à faire :

    13 boîtes de pilules par an x 10 ans
    à comparer au prix d’1 d.i.u. efficace 10 ANS:
    montant de l’ECONOMIE réalisée, à multiplier par des MILLIONS d’utilisatrices!

    Si on m’annonçait la date de ma MORT pour le mois prochain, j’aurais HONTE (+ chagrin terrible) de n’avoir FAIT que penser, parler, écrire au sujet de la protection de la Vie sur notre si jolie planète… Quand allons-nous AGIR EFFICACEMENT? Quand il sera TROP TARD parce que le point de non-retour sera atteint, je suppose…

    «Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent SANS RIEN FAIRE» (A. Einstein)
    «Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre»

    JE PEUX AIDER bénévolement. Je ne demande aucune mise de fonds.

    • Francis

    Danièle, vous avez raison. Mais il y a sur notre planète un énorme problème qui impacte la vie des femmes et la surpopulation= l’islam !!!!

  • OUI
    nous courrons vers notre perte par l’absence de biodiverdité si nous continuons à ce rythme

    Tout d’abord en raison de la dangerosité de la croissance. Dangerosité qui a été découverte dès 2006 par mon ami Georges

    D’une part pour la croissance démographique que vous avez très justement évoquée mais aussi pour la croissance liée à la frénésie du toujours plus. Particulièrement lorsque cette dernière est associée au gaspillage de nos réserves d’énergie non renouvelables. Ceci vu que cela va nous conduire à brève échéance à l’épuisement de nos réserves.

    Voir les 3 fichiers ci-dessous

    http://infoenergie.eu/riv+ener/LCU_fichiers/LT-croissance.htm

    http://infoenergie.eu/riv+ener/Toujours+.htm

    http://www.infoenergie.eu/effet-serre.htm

    Le secrétaire général de l’ONU a je pense raison lorsqu’il dit je cite:
    « Nous savons ce qui se passe sur notre planète. Nous savons ce que nous devons faire. Et nous savons même comment le faire »

    Le problème est qu’un projet de Solar Water Economy comme celui proposé par le CSLT qui pourrait solutionner une partie de nos problèmes doit être financé.

    Peut-être pourrait-on Monsieur le Secrétaire général, assurer ce financement en taxant le kérosène sur les longs vols civils internationaux?

    à moins que vous considèreriez comme Michel Rocard que:
    La dette est une construction artificielle créée par les banques avec le consentement des états pour dépouiller les peuples et en faire des esclaves à leur solde. Les gouvernements sont au courant et ils laissent faire. Honte à eux.